ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie émet des réserves sur l’Africom

 
L’Algérie qui rejette l’idée d’accueillir le siège de l’Africom sur son sol estime que l’Afrique est en mesure de se défendre contre le terrorisme international.
mardi 12 juin 2007.

L'Algérie et les Etats-Unis coopèrent dans la lutte antiterroriste Une délégation américaine en visite à Alger, emmenée par le sous-secrétaire du Pentagone aux affaires politiques, Rayan Henri, a poursuivi ses rencontres et entretiens avec les responsables politiques et militaires en Algérie, dans le cadre de la vaste consultation qu’effectue le Pentagone avec les « pays clés » d’Afrique en ce qui concerne le projet « Africom ».

Des sources qui ont suivi les travaux des rencontres de ces deux derniers jours ont déclaré à El Khabar que les responsables ont informé les membres de la délégation américaine que l’Algérie « préférait que les africains s’occupent eux-mêmes des questions sécuritaires, y compris la lutte contre le terrorisme, et ce dans le cadre des structures de l’Union Africaine ».

L’APS a rapporté d’une source « autorisée » que la position de la partie algérienne à l’égard du commandement central américain en Afrique « s’inscrit dans le cadre des principes de la politique extérieure de l’Algérie », ce qui signifie jusqu’à quel point le projet américain peut respecter la souveraineté de chaque pays africains exposé, selon les objectifs du projet, à l’intervention militaire américaine au cas où Washington estime que ses intérêts sont menacés par d’éventuels actes terroristes.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après El Khabar