ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie ne veut pas de l’Africom

 
L’Algérie a confirmé son refus d’accueillir sur son sol le siège de l’Africom, un projet militaire américain visant à faire barrage à Al-Qaida dans la région du Sahel.
mardi 12 juin 2007.

L'Africom ne sera pas installé en Algérie Le Centre de commandement militaire pour l’Afrique (Africom), sur lequel l’Algérie a exprimé des réserves, devrait être complètement opérationnel à la fin de septembre 2008, a fait savoir avant-hier le Pentagone tandis que le commandant en chef de l’Africom devrait prendre ses fonctions avant la fin de l’année 2007. La nomination d’un officier général à la tête du centre de commandement interviendra à la fin de l’année budgétaire, qui se termine le 30 septembre aux Etats-Unis. Le sénat devra ensuite entériner la nomination de l’officier général, a précisé la même source. Le commandant en chef adjoint de l’Africom devrait être au début un responsable du département d’Etat tandis que son effectif comprendra du personnel issu principalement de l’armée, du département d’Etat, des services de renseignement (CIA), de l’agence de la sécurité nationale (NSA) ainsi que d’autres ministères.

L’Africom brassera tous les pays du continent africain à l’exception de l’Egypte, qui dépend du centre de commandement central des Etats-Unis. Toutefois, Washington n’a pas encore trouvé un pays d’accueil pour l’Africom. Suite au refus de pays jugés disposant les infrastructures et les moyens logistiques y compris de communication tels que l’Algérie, des responsables du Pentagone sont contraints depuis avril dernier à se tourner vers d’autres pays susceptibles d’abriter l’Africom. Un haut responsable du ministère de la Défense américaine (Pentagone), Ryan Henry, a fait savoir que le lieu où sera installé l’Africom fait toujours l’objet de négociations avec des « partenaires » des Etats-Unis dont certains ont fait part de leur volonté de l’accueillir.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant