ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie s’engage contre les armes chimiques

 
L’Algérie s’est de tout temps déclarée en faveur de la destruction du stock des armes chimiques de tous les pays comme préconisé par l’OIAC.
jeudi 21 juin 2007.

L'Algérie appelle à la destruction de toutes les armes chimiques Le directeur général du secrétariat technique de l’Organisation internationale de l’interdiction des armes chimiques (OIAC), Rogelio Pfirter, qui donne cette information, sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale dont il était, hier, l’invité de la rédaction, souligne que la menace des armes chimiques est en diminution grâce à ces destructions et il note des progrès dans leur non-prolifération. L’objectif, ajoute-t-il, est d’arriver en 2012 à la destruction de tout le stock détenu par les Etats membres de l’OIAC (dont l’Algérie) et de faire en sorte que les pays non signataires du Traité international le ratifient. Car l’incertitude vient de ces pays qui ne se sentent pas tenus de détruire leur stock d’armes chimiques, souligne-t-il. Au contraire, fait-il remarquer, les Etats membres ont une attitude très constructive vis-à-vis de leurs obligations découlant de la Convention internationale d’interdiction des armes chimiques.

Le DG de l’OIAC n’a pas manqué de rendre hommage à l’Algérie, un des premiers pays, rappelle-t-il, à avoir signé et ratifié la convention et qui milite pour un usage exclusivement pacifique de la chimie. L’Algérie, fait-il observer, est en train de « nous aider à aider les autres », comme l’atteste l’organisation des ateliers pour assister les autres pays africains membres et non membres de l’OIAC. C’est un comportement exemplaire, dit-il, en précisant que l’OIAC a les meilleures relations avec l’Algérie. De très nombreux inspecteurs algériens sont parmi les inspecteurs issus de 80 pays membres de l’OIAC. C’est un droit, insiste-t-il, pour les Etats membres de recourir à la coopération de l’OIAC pour bénéficier de son assistance pour l’usage pacifique de la chimie. Quant à la lutte contre le terrorisme, en particulier le terrorisme chimique, la mise en œuvre de la convention constitue une contribution à la prévention du terrorisme chimique.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après la nouvelle république