ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie et la France misent sur l’avenir

 
L’Algérie et la France tenteront de relancer leur relations bilatérales à l’occasion de la visite de Nicolas Sarkozy prévue pour le 11 ou le 12 juillet prochains.
vendredi 22 juin 2007.

L'Algérie et la France gagneront à s'entendre La récente rencontre entre les deux chef d’Etat en Allemagne, à l’occasion de la réunion du G8 à laquelle le président Bouteflika avait pris part, a dû sensibiliser davantage les deux parties sur la nécessité d’aplanir au plus vite toutes les questions litigieuses et donner un nouveau souffle aux relations entre les deux pays. Le choix de cette date à la veille de la célébration de la fête nationale du 14 juillet en France, et au lendemain de la fête de l’indépendance en Algérie, dénote, de par sa portée symbolique, de volonté presque avouée, du moins du côté français, de transcender ce litige historique qui se dresse comme un vrai obstacle à toute entreprise de rénovation des relations entre les deux rives. Cette volonté affichée de Paris doit accompagner une nouvelle approche qui va se préciser avec les démarches d’explication que la diplomatie française commence déjà à entreprendre en direction de notre pays.

D’après l’ambassadeur français en Algérie, qui a eu à rencontrer des éditeurs algériens, il y a une dizaine de jours, il s’agit, pour l’Elysée, de ne plus laisser les « crispations », exprimées ici et là sur des thèmes aussi sensibles que la « repentance », nuire à la bonne marche des relations entre la France et l’Algérie. Nicolas Sarkozy, qui s’est distingué lors de ses dernières campagnes électorales par ses philippiques anti-algériennes, se montre plus audacieux en se disant prêt à « tourner la page », et promet à la place du fameux traité d’amitié et de coopération que Chirac et son homologue algérien s’étaient engagés de signer il y a plus d’une année de conclure un partenariat « d’exception ». Il y a encore beaucoup de dossiers qui attendent les deux parties : celui notamment lié à la coopération et des moyens susceptibles de stimuler les échanges commerciaux et les investissements.

Synthèse de Billal, www.algerie-dz.com
D’après la nouvelle république