ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les régions militaires d’Algérie coordonneront la lutte antiterroriste

 
La coordination antiterroriste entre les régions militaires d’Algérie semble être la nouvelle approche du chef d’état-major Gaïd Salah.
lundi 6 août 2007.

L'Armée intensifie la lutte contre le terrorisme en Algérie Pour faire face aux nouvelles données liées au redéploiement de l’ex-GSPC, l’ANP vient d’adapter son schéma organisationnel sur le terrain de la lutte antiterroriste en Algérie. Depuis hier, les 4e et 5e Régions militaires disposent d’un commandement de coordination interrégions qui a des prérogatives qui transcendent le découpage en vigueur. Acculée par les derniers assauts de l’ANP, al-Qaïda aux pays du Maghreb s’est redéployée en une organisation qui ne prend pas en considération l’ancienne ossature de la nébuleuse, basée sur les zones (II, IV, VI, XI)). Cette situation a été vérifiée lors des derniers développements sur le terrain. Ainsi, le commandement des opérations attend le moment propice pour passer à l’acte et mettre hors d’état de nuire les derniers groupuscules de Droukdel activant dans les régions de Tébessa, Khenchela, Batna, Biskra et El-Oued. Cette dernière où, selon les révélations de l’auteur de l’attentat perpétré contre un policier, le 30 juillet dernier, en plein centre-ville de Biskra, un groupe composé de 100 éléments s’est réfugié dans les maquis situés sur les hauteurs d’El-Oued.

Grâce à un excellent travail de renseignements, une arme redoutable chez une armée professionnelle, les forces de sécurité sont, aujourd’hui, quasi certaines de la présence de ces irréductibles dans la région. “Les terroristes n’ont plus que deux solutions. Se rendre ou se suicider car nous sommes là pour très longtemps”, précise-t-on. Selon nos sources, les terroristes localisés à El-Oued, aux portes du désert algérien, ont rejoint les maquis de la région depuis Tébessa, Khenchela et Biskra. Ces derniers, en plus d’être chargés du recrutement de nouveaux éléments, s’apprêtaient, selon nos sources, à tenir un “briefing” à grande échelle aux fins de préparer des attentats criminels durant le mois de Ramadhan. À l’évidence, l’“émir” Droukdel, alias Abou Moussaab Abdou El-Ouadoud, vient, une nouvelle fois, de revoir l’ossature de son organisation, selon les observateurs de la scène sécuritaire en Algérie. Ce dernier qui, rappelons-le, s’est autoproclamé “émir” de l’organisation terroriste, n’a plus recours à l’ancien schéma de la nébuleuse. Et pour cause, les dernières frappes orchestrées par les forces de l’Armée nationale populaire renseignent, à plus d’un titre, sur l’état d’esprit de la subversion terroriste activant dans le centre du pays, notamment à Yakourène, dans la région de Tizi Ouzou, où lors des dernières offensives, l’ex- GSPC a subi de lourdes pertes dans ses rangs.

Synthèse de Billal, www.algerie-dz.com
D’après Liberté