ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie et le risque tsunami

 
L’activité sismique qui touche le nord de l’Algérie fait peser le risque de tsunami sur les côtes algériennes même si le phénomène est très rare.
samedi 11 août 2007.

L'Algérie est-elle menacée par un tsunami ? La vague “mystérieuse” qui a provoqué la mort de 12 baigneurs sur une plage de Mostaganem, il y a de cela plus d’une semaine, suscite beaucoup d’interrogations d’autant que l’information n’a été rendue publique que six jours après le drame. Alors que le Craag (Centre de recherche en astronomie astrophysique et géophysique) de Bouzaréah n’a enregistré aucune secousse dans la région, le réseau national de surveillance sismique de Strasbourg (France) a, quant à lui, signalé une activité. Pour ce centre, il s’agit d’un séisme d’une magnitude de 4,6 sur l’échelle de Richter enregistré à 21h08 (heure algérienne) et qui s’était produit en plein milieu du bassin méditerranéen. Le terme de tsunami a été vite évoqué remettant sur le tapis les souvenirs du séisme de Boumerdès (21 mai 2003), ainsi que celui qui a frappé l’Indonésie le 26 décembre 2004. Alors une question : l’Algérie est-elle menacée par un tsunami ? Les experts n’ont pas encore tranché. Certains affirment que c’est impossible, d’autres disent le contraire en avançant leur propre argumentaire.

Il faut savoir que l’Algérie a déjà subi des tsunamis. Au moins trois tsunamis sont connus et sur lesquels des données sont disponibles. Le premier remonte à 1365 et il avait inondé une partie de la ville d’Alger. Il y a aussi celui de Jijel en 1856. Enfin, il y a le séisme du 21 mai 2003 de Boumerdès et ses environs, qui avait aussi provoqué un tsunami qui s’était déplacé jusqu’aux côtes espagnoles. Subirions-nous d’autres phénomènes plus dévastateurs à l’avenir ? Les chercheurs ne s’avancent pas puisque la prédiction sismologique est scientifiquement impossible. C’est ce qu’affirme la quasi-majorité des sismologues, mais cela n’exclut pas que la sismicité historique est très importante pour localiser correctement les endroits où ont été enregistrés des tremblements de terre et essayer d’accaparer un maximum d’informations. Les données sismiques existantes sur l’Algérie remontent à 1365. Cette période peut paraître lointaine, mais les informations qu’elle recèle sont importantes pour comprendre les risques éventuels à l’avenir. Les experts excluent qu’un séisme marin d’une amplitude semblable à celui qui a frappé l’Indonésie du 26 décembre 2004 puisse frapper l’Algérie. Toutefois, ils affirment que les conséquences d’un “petit” séisme marin peuvent être aussi dramatiques, et cela à cause des conditions “environnementales”. L’intensité du séisme ne peut pas être la seule origine des dégâts. L’état déplorable du littoral peut aggraver les conséquences d’une catastrophique naturelle.

Synthèse de Kahina, www.algerie-dz.com
D’après Liberté