ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Al-Qaida mise sur le terrorisme en Algérie

 
Le principal groupe terroriste en Algérie, Al-Qaida au Maghreb islamique (ex-GSPC) se dit engagé à poursuivre son terrorisme pour instaurer le califat dans le pays.
jeudi 30 août 2007.

Les terroristes d'Al-Qaida veulent terroriser l'Algérie. Le terroriste Abdelmalek Droukdel alias Abou Mosâab Adelouadoud, chef d’Al-Qaida au Maghreb, exclut dans son communiqué toute possibilité de dialogue en Algérie, non sans tenter de jeter le trouble sur les intentions du pouvoir en place, en évoquant d’une manière tronquée l’épisode des négociations engagées par Hassan Hattab avec les autorités en septembre 2005. En fait, rien de surprenant, le document en question s’inscrit dans la logique du discours qu’on a appris à reconnaître à l’“émir” de l’ex-GSPC. Autant dire vindicatif et résolument orienté vers le discrédit de tout ce qui représente l’État et ses institutions. Un fonds de commerce, avouons-le, qui se nourrit de ses propres contradictions.

En effet, Abou Mossaâb Abd el Ouadoud tente maladroitement de justifier son refus de tout dialogue en rejetant la faute sur une prétendue “roublardise” du pouvoir dont aurait fait les frais Hassan Hattab. Selon l’“émir” de l’ex-GSPC, Hassan Hattab aurait fait l’objet d’une tentative d’assassinat, alors qu’il avait affiché son intention de déposer les armes. Sauf que, par ailleurs, le signataire du communiqué déclare que “la conquête de l’État islamique en Algérie ne peut se réaliser que par les armes”, affichant ainsi une position de principe qui confirme que celui-ci n’a cru un seul instant aux vertus du dialogue autre, bien sûr, que celui, comme il le souligne, “des balles et des bombes”. Ce qui par définition rend caduque toute la littérature développée par l’“émir” du GSPC dans sa réponse à Madani Mezrag autour du marasme social, même si cette réponse tente désespérément de coller à l’actualité pour y puiser ses arguments.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après Liberté