ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Al Qaîda déclare la guerre à l’Algérie

 
Les récents attentats terroristes en Algérie ont été revendiqués par les terroristes d’Al-Qaida au Maghreb islamique.
lundi 10 septembre 2007.

Al-Qaida au Maghreb déclare la guerre en Algérie. La chaîne qatarie Al Jazeera, transit habituel des communiqués d’Al Qaîda, a diffusé, dans la nuit de samedi à dimanche, un communiqué de la nébuleuse islamique revendiquant les forfaits commis par cette organisation à Batna et Dellys en Algérie. Cependant, Al Jazeera n’avait fourni aucun détail supplémentaire dans l’immédiat. En revanche, le communiqué mis en ligne par l’agence AP semble plus complet, dans lequel la mouvance de Abdelmalek Droukdel, alias Abou Moussab Abdelouadoud, affirme que « samedi, le martyr Abou Moussab al-Zarqaoui (al-Asimi) a surpris les baraques de l’armée infidèle dans le port de Dellys, où 150 soldats étaient rassemblés pour le rapport du matin, avec sa camionnette chargée de 800kg d’explosifs » et de poursuivre : « Jeudi après-midi, le martyr Abou al-Meqdad al-Wahrani a perpétré un attentat-suicide avec sa ceinture d’explosifs dans la vieille ville de Batna ». « Il visait Bouteflika lors de sa visite à cette ville mais n’a pas pu l’atteindre et s’est fait exploser parmi les forces de sécurité ». Et le communiqué de conclure selon AP : « Nous jurons devant Dieu de poursuivre le sacrifice de nos vies jusqu’à ce que vous arrêtiez de soutenir les croisés dans leur guerre, appliquez la loi islamique et arrêtez votre guerre contre la religion de Dieu. » Nous constatons dans ce communiqué attribué à Al Qaîda au « Maghreb islamique » que les mêmes redondances reviennent à chaque forfait commis par l’organisation islamiste.

Cela a été, notamment le cas après l’assassinat du chargé d’affaires algérien, Ali Belaroussi, et l’attaché diplomatique Azzedine Belkadi enlevés -dans le quartier Al Mansour au centre de la capitale irakienne le 21 juillet 2005- et exécutés de sang-froid le 28 juillet 2005. Justifiant cet horrible assassinat, qu’absolument rien ne peut légitimer, le groupe d’Al Zarkaoui accusait alors l’Algérie de « ne pas appliquer la charia », de soutenir les « Juifs et les chrétiens » en Irak et d’être derrière « l’effusion du sang des musulmans en Algérie ». La référence était par trop transparente aux années de feu et de sang, à la guerre livrée aux civils, au nom de l’Islam, par des hordes sauvages, sans foi ni loi, des GIA, AIS et autre Gspc, aujourd’hui reconvertit en Al Qaîda au « Maghreb islamique ». Oussama Ben Laden veut-il ainsi livrer une nouvelle guerre contre l’Algérie, le pays qui a su, par ses seuls moyens, contenir et remettre dans ses dimensions réelles l’islamisme armé, lequel a surtout fait beaucoup de mal aux musulmans et à l’Islam, nonobstant les carnages commis en Algérie, en Irak et en Afghanistan notamment. L’islamisme politique comme son soutien l’islamisme armé ont perdu leur « guerre d’Algérie » et les carnages commis ici et là ne sont que les soubresauts d’un groupe qui vit ses derniers instants. Aussi, la connexion Gspc-Al Qaîda permettait à l’un et à l’autre de s’épauler dans leur oeuvre de destruction en Algérie et dans le monde musulman.

Synthèse de Kahina, www.algerie-dz.com
D’après l’Expression