ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Intoxication alimentaire à Béjaïa

 
Pas moins de 200 policiers et douaniers ont été victimes d’une intoxication alimentaire à Béjaïa selon une source hospitalière.
jeudi 13 septembre 2007.

Une intoxication alimentaire inquiète à Béjaïa Les services de la prévention sanitaire de la wilaya de Béjaïa sont en alerte générale. Depuis hier, les parents de policiers et douaniers contaminés subissent des traitements préventifs pendant que les services des deux hôpitaux d’Amizour et de Béjaïa s’affairent à faire des prélèvements pour analyse afin de déterminer la nature et l’origine de cette contamination à grande échelle, jamais connue à Béjaïa. L’alerte est présentement générale au niveau des casernes de police à Béjaïa tout comme dans les structures hospitalières. Des policiers et douaniers du port de Béjaïa ont commencé à être évacués en urgence, en fin de journée, d’avant-hier vers des établissements hospitaliers de la wilaya. Les nouveaux cas sont apparus hier pour faire l’objet de la même évacuation mais cette fois-ci à partir de leur domicile, ajoute notre source. Ce qui laisse penser que des citoyens pourraient être contaminés. Ce qui explique cette mesure préventive qui consiste en l’isolement des cas signalés en vue d’un véritable dépistage et aussi de prévention. Les sources hospitalières parlent d’un minimum de trois prélèvements suivis d’analyses pour pouvoir se fixer sur la nature de l’épidémie.

L’autre mesure préventive consiste dans la prise en charge des proches parents des policiers et douaniers hospitalisés. A priori, les patients présentent des signes de rougeur au niveau de la gorge avec parfois des cas d’étouffement. On soupçonne des cas de diphtérie. L’alerte a été donnée au niveau de la Police algérienne des frontières avant-hier. Une cinquantaine de policiers et douaniers présentaient des signes de malaise avant qu’ils ne soient évacués vers l’hôpital Frantz-Fanon de Béjaïa et celui d’Amizour. Depuis hier, même l’hôpital d’Aokas a été réquisitionné. D’après une source médicale, il n’y a pas de cas très graves pour l’instant, l’hospitalisation des personnes atteintes n’est qu’une mesure préventive. Il s’agit de procéder à une observation médicale rigoureuse précédée d’un isolement pour empêcher toute propagation éventuelle dans l’attente d’en savoir plus après les prélèvements et les analyses effectuées sur cette maladie qui affecte les voies respiratoires, mais dont la nature reste pour le moment indéterminée. C’est pourquoi des prélèvements ont été opérés au niveau de la gorge. Ces prélèvements ont été transmis à l’Institut Pasteur. Mais hier, aucun des patients n’a été autorisé à quitter l’hôpital, à titre de précaution, a-t-on indiqué.

Synthèse de Billal, www.algerie-dz.com
D’après L’Expression