ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Début du ramadhan en Algérie

 
Le ramadhan débute en Algérie sous le signe de la hausse des prix de produits de large consommation et de la baisse du pouvoir d’achat des Algériens.
jeudi 13 septembre 2007.

Le mois de ramadhan a commencé en Algérie. Un mois sacré du ramadhan en Algérie caractérisé par la hausse des prix de tous les produits alimentaires même ceux des denrées de premières nécessité et non uniquement le prix des fruits et légumes. "Une différence marquée il y a une semaine, vu l’approche de ce mois sacré, durant lequel logiquement, il devrait y avoir une légère baisse des prix de ces produits ", s’est désolée une quinquagénaire. Comment un simple salarié à 12 000 ou 15 000 DA pourra-t-il se permettre un kilogramme de pomme de terre stockée cedée de 50 à 60 DA, alors que la fraîche est estimée à 75 DA. La courgette, pour sa part, a atteint allègrement les 100 DA, la laitue est cédée à 65, sans parler, des autres légumes stagnant entre 45 et 100 DA le kilo. Un ensemble de préoccupations taraudent l’esprit des Algériens et Algériennes. Comment passer ce mois ? A-t-il des particularités "..... ?, s’est interrogé un citoyen, qui nous fera savoir qu’il est père de six enfants. Soucieux, ce dernier nous dira " je n’arrive pas à subvenir à toutes les dépenses, entre la rentrée scolaire, le Ramadhan .... Et bien d’autre soucis.... Rien n’est accessible".

Autre souci pour l’Algérien. Il s’agit, également du prix des viandes qui demeurent, selon certains bouchers, stables. Le kilogramme de viande hachée bovine est proposé à 320 dinars et l’ovine à 400 dinars. Une stabilité qui pourrait s’avérer momentanée, vu que certains bouchers s’attendent à une petite hausse lors des premiers jours de Ramadhan en Algérie suite à la forte demande sur ce produit. Une hausse qui remonterait à plusieurs semaines certes , mais qui sera ressentie un peu plus lourdement par la population durant ce mois. Abordant un marchand de produits " ramadanesques ", à savoir la zalabia, le kelb-el-ouz..... et les ktaiif, il nous dira que " ces produit connaîtront, également une hausse tangible, vu que le sucre et l’huile ont connu le même sort ". Le kilo de zalabia est estimé à 140 DA, alors qu’un tout petit morceau de kelb-el-ouz est cédé à 30 DA. La mercuriale des prix a atteint son point culminant dans la majorité des marchés populaires d’Alger et le pouvoir d’achat des consommateurs vient de prendre encore un coup à une semaine du mois de ramadhan, renommé pour être une période de grosses dépenses.

Synthèse de Billal, www.algerie-dz.com
D’après La Dépêche de Kabylie