ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La nouvelle grille des salaires en Algérie ne convainc pas les enseignants

 
La nouvelle grille des salaires de la fonction publique adoptée en Algérie ne semble pas séduire les enseignants qui la qualifient de "discriminatoire".
mardi 18 septembre 2007.

Les enseignants dénoncent la nouvelle grille des salaires en Algérie. A l’issue d’une session extraordinaire, dimanche, consacrée exclusivement à l’examen de la nouvelle grille des salaires des fonctionnaires en Algérie, le bureau national du Snapest a dénoncé « le laminage du pouvoir d’achat des enseignants du secondaire » et leur relégation par la nouvelle grille aux « classes défavorisées ». Le syndicat autonome rappelle que les professeurs de l’enseignement secondaire et technique étaient classés à l’échelle 13 sur un total de 14 dans les années 80 puis ils ont été déclassés à la catégorie 15 sur 20, mais avec cette nouvelle grille, ils sont désormais classés à la catégorie 11 sur un total de 17. Le Snapest déplore également les écarts considérables entre le plus bas et le plus haut échelon de la catégorie 11 des enseignants du secondaire qui atteint les 13.000 dinars. Avec un salaire de base de 22.400 dinars, le premier échelon de la catégorie 11 est d’environ 23.000 dinars alors que l’échelon le plus élevé, soit le 11, est de 35.000 dinars.

Le syndicat autonome précise aussi que la différence entre la catégorie 11 des enseignants du secondaire et la catégorie 17 est de 23.000 dinars, ce qui prouve, selon le Snapest, que l’enseignant a été encore une fois victime d’une « injustice ». « Nous appelons l’autorité suprême à corriger cette « injustice » en tenant compte des années d’études universitaires de l’enseignant. Nous dénonçons le favoritisme de l’administration sur l’outil productif et appelons tous les syndicats à se mobiliser contre cette grille discriminatoire », lit-on dans le communiqué du bureau national du Snapest. Il est à signaler que pour l’instant seuls les syndicats de l’Education nationale et de l’enseignement supérieur ont réagi à la nouvelle grille des salaires de la fonction publique en Algérie, alors que les syndicats autonomes des autres secteurs comme celui de la santé temporisent jusqu’à la publication officielle du nouveau document. « On ne peut actuellement lancer des réflexions sur une grille des salaires qui n’est toujours pas entre nos mains. On attend toujours des informations sur le régime indemnitaire avant de décider », affirme Dr Mrabet, SG du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP).

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran