ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La modification ou l’abrogation du code de la famille sont inévitables

 
En Algérie, lorsqu’il s’agit des droits de la femme, question sensible pour certains enjeu politique, pour d’autres, il est demandé aux associations féminines de ne pas faire de la surenchère. Nous n’en ferons pas.
dimanche 12 septembre 2004.

Mais il est difficile de se taire, il est difficile de ne pas s’impliquer dans le débat qui concerne notre statut et notre devenir dans la famille. C’est même un devoir pour nous en tant que citoyennes d’intervenir et de dire notre pensée à ceux qui s’arrogent le droit de nous insulter.

Dans un Etat de droit où l’on reconnaît au mouvement associatif le droit d’ester en justice, cet écart de langage ne serait pas resté sans suite, les auteurs auraient été poursuivis. Il nous est reproché sans vergogne, par un mouvement politique connu pour son discours violent à notre encontre, « de vouloir disloquer la famille et la société algériennes ». Ces personnes auteurs de propos injurieux sont amnésiques, c’est sûr. Ils doivent se rappeler le rôle important de la femme pour la préservation de la cellule familiale et de la société, soumises toutes les deux à la violence terroriste de cette dernière décennie. Voulant préserver leur privilège de mâle en puissance (c’est leur seule manière d’exprimer un pouvoir qu’ils ne maîtrisent pas) pour maintenir la tutelle matrimoniale et la polygamie, des responsables de partis nous accusent d’être les alliés du colonialisme et de la franc-maçonnerie. D’autres considèrent que nous sommes des désaxées et des salonnardes.

Les Algériens et le monde entier savent de quoi sont capables les Algériennes, notamment le mouvement féminin lorsque l’Algérie était en danger. Elles n’ont rien à prouver, leur amour pour la patrie est plus réel que celui de ceux qui s’agitent pour les salir. L’intelligence d’esprit et du cœur n’est pas donnée à tout le monde. Ceux qui nous insultent ont atteint leurs limites. Leur vocabulaire n’a pas évolué d’un iota depuis 15 ans. En manque d’arguments objectifs pour exprimer leur position et lorsque les insultes ne suffisent pas, voilà qu’ils brandissent la charia pour réfuter toute évolution de la législation familiale. Je me permettrais de dire qu’ils sont les premiers à ne pas respecter la charia et à ne pas la connaître du tout. Pour le responsable du MSP, « la polygamie est un droit de l’homme dans la charia. » « La décision prise concernant le contrôle de la polygamie par le juge, dira-t-il, va encourager les mariages coutumiers et les relations illégales. » Le parti d’El Islah, quant à lui, s’inquiète du sort des célibataires et veut les caser en maintenant cette institution. Heureusement que le ridicule ne tue pas.

Se peut-il que des responsables de partis politiques puissent utiliser un tel langage pour défendre le maintien de la polygamie. Le MSP reconnaît pourtant que celle-ci n’est pas très répandue. Se peut-il donc que la charia puisse être interprétée de la sorte ? Pourtant, il est connu de tous les exégètes que le mariage monogame en droit musulman est la règle, la polygamie est une exception. Cette dernière n’est autorisée qu’à condition de prendre en charge des orphelins et d’être juste avec ses épouses. Il est même fait appel à la conscience du croyant pour l’application du verset qui autorise et interdit à la fois l’exercice de la polygamie. « Si vous craignez de ne pas pouvoir les traiter avec équité, n’en épousez qu’une, ce serait plus correct, afin de vous éviter de commettre une injustice. » La charia que l’on brandit à tort et à travers n’est pas un vain mot, elle fait appel, et nous le rappelons, à la conscience du croyant pour qu’il comprenne à la fois la parole de Dieu et qu’il ne peut pas être juste et équitable avec quatre épouses. Le verset l’invite à discerner et à être monogame.

Nous attirons l’attention de ceux qui se moquent de nous en intervenant sur ces questions qu’il n’est pas donné à tout le monde d’être un bon croyant et d’user de sa conscience de bon croyant. C’est le retour à cette conscience de croyant qui fera d’eux des personnes crédibles dans leur argumentation. Par ailleurs, ces responsables politiques qui défendent le droit pour l’homme d’être polygame, que font-ils de la dignité de la femme ? Elle ne semble pas être incluse dans leur discours politique. En contrôlant l’exercice de la polygamie, le juge contribuera à protéger la dignité de la femme et à éviter la « dislocation » de la famille.

La suppression de la tutelle matrimoniale « terrorise »
Une quesion s’impose : pourquoi ces hommes de ces partis politiques et leurs sympathisants ont peur ? Même si nous avons une réponse, nous laissons le soin à un psychiatre d’analyser leur terreur. Voilà qu’une députée d’El Islah considère également que la tutelle matrimoniale est un droit consacré par la parole de Dieu. Ces interventions intempestives dénotent une méconnaissance de la tradition religieuse de la part de ceux qui s’en prévalent. Il n’existe pas dans le Coran un texte explicite et, dans la sunna, un hadith avéré fixant le régime de la tutelle matrimoniale en termes clairs, ce qui a ouvert la voie à de multiples interprétations.

Dans le droit musulman (fiqh), de nombreuses et complexes controverses ont eu lieu au sujet du régime de la tutelle matrimoniale. D’aucuns considèrent qu’elle est l’une des conditions requises, dans tous les cas, pour la validité du mariage (tel l’avis très connu de l’imam Malek), et estiment qu’il n’est pas permis à la femme de conclure son mariage par elle-même, sans l’intervention d’un tuteur. Si elle le fait, le contrat est nul et non avenu. D’autres fouqaha, en particulier Abou Hanifa, pensent que la femme majeure, ayant atteint l’âge de la puberté, est la seule habilitée à conclure son contrat de mariage, car elle n’est plus sous tutelle du fait de sa majorité. Ibn Rochd affirme que « la raison pour laquelle les ulémas ont des points de vue divergents au sujet de la tutelle matrimoniale est l’absence de versets coraniques ou de sunna imposant la tutelle matrimoniale aux femmes pour conclure leur mariage ».

Parmi les hadiths les plus connus invoqués pour faire de la tutelle matrimoniale une condition de validité du mariage, on peut citer les deux hadiths suivants : le premier rapporté par Aïcha, épouse du prophète Mohamed (QSSL) : « Est nul et non avenu le mariage de toute femme qui se marie sans la permission de son tuteur. Si le mariage est consommé, elle aura droit à la dot pour ce qu’elle a subi. En cas de conflit, l’émir est le tuteur de celui qui n’en a pas », hadith rapporté par Ibn Jarir d’après Al Zohri. L’authenticité du premier hadith est contestée par certains ulémas. Ibn Rochd le commente ainsi : « Quant au hadith attribué à Aïcha, il ne fait pas l’unanimité, par conséquent, son application ne s’impose pas », Al Bidaya, volume n°2, page 10. Quant au deuxième hadith, « pas de mariage sans tuteur », il lui manque dans la chaîne des transmetteurs le premier anneau, à savoir le compagnon du Prophète qui l’a rapporté.

En résumé, il n’existe aucun texte avéré et explicite qui impose la tutelle matrimoniale pour la femme et qui en fait une condition de validité du contrat de mariage. Comme le dit Ibn Rochd : « C’est ce qui est interdit qui doit être prouvé et non ce qui est permis. » La suppression de la tutelle matrimoniale proposée par la commission de réforme est donc conforme à l’esprit de l’Islam. Le minimum que l’on demande à ces hommes et femmes politiques usant de la parole de Dieu (Coran) est de bien la connaître et de ne pas la travestir. S’il faut passer par l’interprétation des textes religieux pour faire avancer les amendements du code de la famille, nous le ferons et nous ne laisserons pas la place vide.

Une dame a dit : « J’ai reçu une dose d’intelligence, je devrais utiliser cette intelligence et décider avec qu’elles interprétations je suis d’accord ; lesquelles me semblent logiques et lesquelles me semblent illogiques » (des femmes lisent le Coran. La modification ou l’abrogation du code de la famille sont inévitables, elles sont le fruit des mutations sociales et des normes conventionnelles internationales auxquelles l’Algérie a adhéré. Nos voisins ont su combiner entre leur évolution sociale et l’interprétation inévitable du fiqh. Le commandeur des croyants l’a bien cerné par ses propos : « Il est nécessaire de s’inspirer des desseins de l’Islam tolérant qui honore l’homme et prône la justice, l’égalité et la cohabitation harmonieuse et de s’appuyer sur l’homogénéité du rite malékite ainsi que sur l’ijtihad qui fait de l’Islam une religion adaptée à tous les lieux et à toutes les époques, en vue d’élaborer un code moderne de la famille... »

Au cas où certains l’auraient oublié, l’Algérie est une nation et non une tribu. Et les Algériennes sont des citoyennes.

Par Me Nadia Aït-Zaï Avocate à la cour, El Watan

Notes
- La Nouvelle République n°1986, jeudi 26 août 2004
- Dalil pour l’égalité dans la famille au Maghreb ; Collectif 95 Maghreb Egalité, mai 2003, édition Collectif 95
- Pour nous-mêmes des femmes lisent le Coran ; femmes sous lois musulmanes El Watan du 29 août 2004
- « Les critiques d’une députée d’El Islah », MAO
- Discours du roi du Maroc, octobre 2003.