ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les violences sexuelles contre les femmes en Algérie en baisse

 
Les violences sexuelles contre les femmes en Algérie seraient en baisse selon la Gendarmerie nationale mais les associations contestent cette conclusion.
lundi 24 septembre 2007.

Les violences sexuelles contre les femmes en hausse en Algérie selon les associations. Les spécialistes de la Gendarmerie ont mené cette étude en mai 2006. Elle montre une baisse de 6% des violences sexuelles contre les femmes en Algérie. En plus clair, l’étude a démontré que 645 victimes ont été enregistrées en 2000 contre 403 en 2005 et 380 en 2006. Toujours selon l’étude, le nombre des auteurs de ces violences a connu également, une baisse de 9% durant la même période, (938 auteurs de violences sexuelles en 2000 contre 571 en 2006). L’étude avance le nombre de femmes violées qui est de 295 femmes victimes de viols commis par 355 hommes en 2000. Selon les investigations de la Gendarmerie, le chiffre de viols contre les femmes a connu, lui aussi une nette régression en 2006. En effet, le nombre s’est réduit, selon l’étude, de 80 cas concernant les victimes et de 8 cas concernant les auteurs de ces crimes.

Par ailleurs, les statistiques de la Gendarmerie nationale font état de 18 victimes et 26 auteurs d’enlèvements dans le cadre de la violence sexuelle en 2006. Ces chiffres sont "nettement inférieurs" par rapport à l’année précédente où il a été enregistré 21 victimes et 42 auteurs d’enlèvements. D’autre part, l’étude s’est penchée sur tous les cas de violence que subit la femme dans son entourage. La Gendarmerie évoque le cas de l’inceste, qui a connu, selon l’étude "une diminution d’une manière générale ". De leurs côtés, les associations féministes estiment que les statistiques fournies par la Gendarmerie sont loin d’être fiables. Pour SOS-Femmes en détresse, " la violence contre les femmes est en constante évolution ", ceci dit, " les statistiques des centres d’accueil et d’écoute en disent long sur le nombre de femmes violentées ". Pour cette association, "à Batna, plus de 19 111 appels ont été reçus par le centre d’écoute en 2006 et plus de 150 réquisitions d’hébergement enregistrées par la police". La même interlocutrice a estimé, par ailleurs, que " les femmes violentées préfèrent garder le silence au lieu de déposer plaintes".

Synthèse de Billal, www.algerie-dz.com
D’après La Dépêche de Kabylie