ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les mosquées d’Algérie manquent d’effectifs

 
La gestion des mosquées d’Algérie est jugée peu efficace en raison du manque d’effectifs et des liens de certains imams avec les groupes terroristes.
mercredi 26 septembre 2007.

Une mosquée en Algérie. C’est par le recrutement d’un personnel spécialisé que le ministère des Affaires religieuses compte redonner aux mosquées leur vocation première. Cependant, face à ce besoin accru en matière d’encadrement des personnels dans les mosquées d’Algérie, le ministère s’est retrouvé devant un vrai dilemme. Un important déficit en ressources humaines est actuellement enregistré. En tout, le ministère dispose de 22.000 employés permanents tous grades confondus et selon les estimations faites, le nombre de postes vacants et à pourvoir est de 75.000, si l’on compte, explique le conseiller à l’information au ministère, M. Tamine, un minimum de 5 agents par mosquée. Actuellement, 15.000 mosquées sont opérationnelles et 3.600 autres sont en projet.

Comment combler ce déficit ? Aucune solution n’est préconisée pour l’instant au niveau du ministère. Une réflexion est engagée en Algérie sur la question. Tout ce dont dispose le département de Ghlamallah, ce sont les 500 postes budgétaires attribués chaque année par le ministère des Finances sur instruction du président de la République. « Un quota très insuffisant pour combler le déficit. Mais le ministère est conscient de la situation actuelle du pays et des moyens disponibles », commente le représentant du ministère. Comment se fait le recrutement pour ces postes ? Le même responsable assure que l’opération se déroulera en toute transparence après un concours national dont l’annonce sera publiée dans six journaux, trois en langue française et trois en langue arabe, sous le contrôle des membres de la direction générale au niveau du ministère.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran