ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le terrorisme en Algérie et la reddition de Hassan Hattab

 
Le terrorisme persiste en Algérie malgré la reddition de Hassan Hattab qui fut le chef terroriste et fondateur du Groupe salafiste pour la prédication et le combat.
lundi 15 octobre 2007.

Hassan Hattab ex-chef terroriste du GSPC en Algérie. Avant même que la reddition du chef terroriste Hassan Hattab ne soit confirmée, depuis Paris, par le ministre de l’Intérieur, des spécialistes de la question s’en sont saisis. A l’effet d’en décortiquer les tenants et aboutissants sur le front « djihadiste » algérien. Qu’elle qu’en soit la forme, la fin de parcours, le 22 septembre 2007, du fondateur du Groupe salafiste pour la prédication et le combat, n’est pas passée inaperçue de l’autre côté de la Méditerranée. Pour la simple et bonne raison que le profil du plus médiatisé de la fratrie des Hattab n’est pas dénué de portée sur la scène islamiste en Algérie.

Cette « reddition » - les guillemets sont de l’auteur du propos - est loin d’être anodine aux yeux d’Alain Rodier, l’un des meilleurs connaisseurs français de la galaxie djihadiste. Elle est « très importante sur le plan psychologique » mais sans conséquence particulière dans le registre « opérationnel » du terrorisme en Algérie. La défection de Hattab est de nature à « pousser d’autres activistes à en faire de même », estime Rodier dans une note rédigée de fraîche date dans le cadre des activités du Centre français de recherche sur le renseignement. Pour autant, elle « ne change pas grand-chose sur le plan opérationnel », l’ex-chef du GSPC s’étant éclipsé du champ « djihadiste » depuis 2003.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran