ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie n’a pas de prisons secrètes

 
L’Algérie a démenti les accusations du Comité des droits de l’Homme de l’ONU sur l’existence de prison secrètes sur le sol algérien.
dimanche 4 novembre 2007.

Il n'y a pas de prisons secrètes en Algérie selon le gouvernement algérien. Le démenti a été apporté par le président de la Commission nationale consultative de promotion des droits de l’homme (CNCPPDH), Me Farouk Ksentini. Intervenant sur les ondes de la chaîne III de la radio nationale, Me Ksentini a affirmé « qu’il n’y a pas en Algérie des centres de détention secrets et de pratique de la torture, ni pour les citoyens ordinaires ni pour les terroristes ». Il a qualifié, dans ce contexte, les informations rapportées par le Comité des droits de l’homme de l’ONU à Genève sur la situation en Algérie d’ »affabulations à haut débit et qui relèvent de la bouffonnerie ». Dans la foulée, le président de la CNCPPDH a accusé directement le Comité des droits de l’homme de l’ONU de tenter à travers ces « soupçons » de porter atteinte à la réputation de l’Algérie.

Revenant sur les positions de cette organisation, notamment durant la décennie noire, Me Ksentini rappellera à l’occasion que ce comité « avait dans le passé pris fait et cause pour le terrorisme contre l’Algérie ». Pour le président de la CNCPPDH, cette institution « veut faire croire que l’Algérie, durant la décennie écoulée, a combattu une opposition armée et démocrate », réaffirmant que « l’Algérie n’a fait que combattre, dans le cadre de la légitime défense la plus absolue, le terrorisme le plus aveugle que jamais la terre n’ait porté ». Rappelant que toutes les prisons algériennes ont été toujours ouvertes au Comité international de la Croix-Rouge, Me Ksentini a tenu à préciser que cette institution « a régulièrement fait des rapports à travers lesquels il a été constaté et établi que les choses se passent on ne peut plus correctement ».

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran