ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Intempéries en Kabylie : l’heure du bilan

 
Les intempéries qui ont touché Tizi Ouzou en Kabylie ont mis en avant le mauvaise gestion de la wilaya dans les secteurs des travaux publics et du génie civil.
mardi 6 novembre 2007.

Fortes pluies à Tizi Ouzou en Kabylie. La réalisation et la gestion des infrastructures de drainage, de retenus et de stockage des eaux pluviales, mais aussi ceux des travaux publics et de génie civil dans la wilaya de Tizi-ouzou en Kabylie ont été jugées médiocres. Le directeur de l’hydraulique de la wilaya (DHW), M. Saïd Abbès, était loin de faire son mea culpa sur le manque d’esprit préventionniste à gérer des situations de catastrophes. Il a été encore plus loin dans ses déclarations devant le conseil de wilaya qui s’est tenu hier, sur la gestion et le bilan des intempéries ayant causé d’énormes dégâts matériels et fait quatre morts, en avouant ne pas avoir honte de dire que rien n’a été prévu. " Nous n’avons pas honte de le dire : nous n’avons rien prévu, notamment les curages ... ", a-t-il encore déclaré.

Les images vidéo, prises par la DHW de Tizi Ouzou en Kabylie , projetées au conseil sont à plus d’un titre, compromettantes pour les directions des travaux publics, de l’hydraulique et de l’urbanisme. Quoique les images projetées ne concernent qu’une partie infime des localités, sites et lieux du chef lieu de wilaya touchés par la décrue, elles restent cependant très frappantes en ce sens que les dégâts ont affecté des ouvrages neufs réalisés récemment, ce qui dénote d’un travail bâclé et de l’inefficacité, voir même de l’inexistence de groupes et mécanismes de suivi et de contrôle. Dans son exposé, le directeur de la Protection civile a dressé un bilan rétrospectif des risques causés par les inondations les plus spectaculaires ayant touché la wilaya de Tizi-Ouzou depuis 1974 jusqu’au printemps dernier. Si les bilans des intempéries de 2002 et celui d’enneigement survenu le 25 janvier au 2 février 2005 restent les plus dramatiques, il y a lieu de relever que les causes, les dégâts et les localités touchées par les fortes précipitations pluviométriques de la fin de la semaine passée, sont quasiment les mêmes que ceux enregistrées en mars et avril derniers.

Synthèse de Billal, www.algerie-dz.com
D’après la Dépêche de Kabylie