ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie refuse d’ouvrir son espace aérien

 
L’Algérie ne prévoit pas d’ouvrir son espace aérien aux avions étrangers selon le ministre des transports Mohamed Maghlaoui.
jeudi 8 novembre 2007.

L'Algérie surprotège son espace aérien. Des députés se sont interrogés sur l’existence de « pressions venant de l’étranger » visant l’utilisation de l’espace aérien algérien notamment après « le refus de l’Algérie d’autoriser des bases militaires étrangères sur son sol ». Le ministre des Transports Mohamed Maghlaoui a répondu que « l’Algérie n’a jamais fait l’objet de pression étrangère » en ouvrant son espace aérien aux avions étrangers. Il a dit que le projet de loi sur l’aviation civile en Algérie « ne représente aucun risque ou crainte pour l’espace aérien national ». « Les avions étrangers commerciaux et civils seront soumis à la souveraineté nationale et à l’autorité », a souligné le ministre, rapporte l’APS. M. Maghlaoui a été interpellé par des élus sur « des concessions faites, selon eux, au détriment de la souveraineté nationale ».

L’APN a entendu et débattu un projet de loi complétant et amendant la loi 06-98, définissant les règles générales de l’aviation civile en Algérie, présenté par M. Maghlaoui. Le ministre a mis en avant « la nécessaire adaptation du règlement appliqué en Algérie aux usages de l’aviation civile mondiale », introduite par ce projet de loi. Le projet de loi, présenté à l’APN, définit le concept de l’avion étranger, les conditions de navigation dans l’espace aérien national, la suppression d’autorisation préalable aux avions immatriculés à l’étranger et qui font des escales irrégulières, et l’introduction du « taxi aérien » en tant que service public dans le transport aérien.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran