ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie n’accueillera pas l’Africom

 
L’Algérie a indiqué qu’elle n’accueillera pas l’Africom sur son territoire mais poursuivra sa coopération antiterroriste avec les Etats-Unis.
samedi 17 novembre 2007.

L'Algérie refuse de reccueillir une base de l'Africom. Le général William Ward, le chef du commandement régional militaire pour l’Afrique, qui témoignait pour la première fois devant le Congrès, depuis sa prise de fonction à la tête de l’Africom, a indiqué que les Etats-Unis feront tout ce qui est en leur pouvoir pour ne pas bouleverser ou semer la confusion dans les efforts actuels de sécurité et de stabilisation en Afrique, notamment les pays frontaliers du sud de l’Algérie (Mali, Niger,...etc). « L’Africom contribuera directement à l’accession des Africains à la stabilité et la sécurité », a déclaré le général Ward à la commission des Forces armées de la Chambre des Représentants. L’Africom, qui sera complètement opérationnelle en octobre 2008, mène actuellement ses opérations depuis l’Allemagne sous la direction du commandement américain pour l’Europe.

Concernant le site d’implantation du quartier général de l’Africom, le général Ward a indiqué que plusieurs sites africains étaient à l’étude, mais qu’aucun n’a encore été choisi. L’Algérie ayant exprimé son refus d’accueillir une base militaire étrangère sur son sol. Il a ajouté qu’il ne prévoyait pas de déploiement de nouvelles troupes américaines sur le continent. De son côté, le sous-secrétaire d’Etat adjoint aux affaires politiques du Pentagone, M. Ryan Henry, a affirmé, lors de la même audition, que les Etats-Unis n’envisageaient pas d’implanter de nouvelles bases militaires et de nouvelles forces de combat en Afrique. D’autre part, M. Ryan Henry a rejeté les réactions négatives suscitées par le projet dans certains pays africains, balayant notamment les allégations selon lesquelles le pays hôte de l’Africom deviendrait une cible du terrorisme anti-américain. « La création d’Africom n’augure pas une militarisation de la politique étrangère » américaine, a encore déclaré M. Henry.

Synthèse de Souad, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran