ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Amérique veut le soutien de l’Algérie sur l’Iran

 
Les Etats-Unis estiment que l’Algérie partage leur vision sur le dossier du nucléaire iranien.
mercredi 28 novembre 2007.

L'Algérie et les Etats-Unis partagent la même vision sur l'Iran (www.algerie-dz.com). L’Algérie et les Etats-Unis considèrent que l’Iran doit honorer ses engagements envers l’AIEA et l’ONU, selon Greg Schulte, représentant étasunien permanent au sein de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), aux journalistes lors d’un point de presse organisé hier à l’ambassade US à Alger, à la suite de ses discussions avec le SG du ministère des Affaires étrangères et du ministre de l’Energie, Chakib Khelil. Comme il fallait s’y attendre, le dossier iranien a pris les trois quarts des questions/réponses de la brève conférence de presse de M. Schulte. Les USA cherchent en l’Algérie, et en d’autres pays, un soutien dans leur démarche visant à convaincre l’Iran de « suspendre l’enrichissement de l’uranium » et de « coopérer pleinement avec l’AIEA ». « Pleinement » signifie que l’Iran doit montrer patte blanche et soumettre ses installations et l’ensemble de son projet nucléaire au contrôle de la « communauté internationale » à travers l’Agence présidée par le Dr Al-Baradei.

M. Schulte a insisté sur la nécessité d’une « solution diplomatique » avec l’Iran. « Mais pour cela, il faut travailler ensemble (appel adressé à l’Algérie notamment, ndlr) pour transmettre le même message à l’Iran. A savoir, de coopérer avec l’AIEA et de respecter ses obligations au titre du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) ». En échange de cette « coopération », l’Iran reçoit des garanties que ses droits à l’énergie nucléaire seront respectés. Dans le cas contraire, « l’Iran devra faire face à d’autres sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU ». Pour le moment, ce qui est reproché à l’Iran est au stade des présomptions. La « communauté internationale » (entendre par là les USA et l’Union européenne) soupçonne l’Iran de vouloir aller au-delà de la partie civile d’un programme nucléaire.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran