ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie et la France évitent une crise diplomatique

 
Une crise diplomatique entre l’Algérie et la France a été évitée de justesse après l’intervention du président Abdelaziz Bouteflika sur les propos de son ministre.
samedi 1er décembre 2007.

Nicolas Sarkozy sera reçu en Algérie en ami. « L’incident est clos », a déclaré le président français Nicolas Sarkozy en indiquant qu’il irait en Algérie « en ami » pour en ramener « des contrats pour aider nos usines, parce que le rôle du président de la République c’est d’être derrière les entrepreneurs de France, c’est de les aider ». La visite du président français aura bien lieu. Nicolas Sarkozy n’écoutera pas ceux qui lui demandaient d’annuler sa visite après les propos de Mohamed Chérif Abbas sur ses « origines » et le fait qu’il ait été élu par le « lobby juif ». Il a fallu néanmoins un appel téléphonique du président de la République. Le gouvernement français, soumis à des pressions politiques internes ou de manière remarquée et les socialistes faisant de la surenchère, avait demandé des explications. A l’évidence, la mise au point embarrassée et par certains côtés incompréhensible, publiée via l’APS par le ministre des Moudjahidine, était loin de satisfaire cette demander d’explication.

Il a fallu que Bouteflika prenne son téléphone pour « parler longuement » à Nicolas Sarkozy et que la teneur de la discussion soit rendue publique pour dépasser la mini-crise provoquée par les propos de Mohamed Chérif Abbas. « La question des déclarations prêtées au ministre algérien des Moudjahidine a été abordée », indique le communiqué de la présidence, en précisant que le Président Bouteflika a souligné que « de tels propos ne reflètent en rien la position de l’Algérie ». « Le Président français sera reçu en ami au cours de sa visite d’Etat en Algérie, visite essentielle pour les deux pays ». L’occasion aussi pour le chef de l’Etat de rappeler, sèchement, que la politique étrangère était son domaine réservé et que lui seul et le ministre des Affaires étrangères sont habilités à se prononcer dans ce domaine.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran