ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La débâcle des islamistes en Algérie

 
L’islamisme politique en Algérie semble perdre du terrain au vu des résultats obtenus par les trois partis islamistes.
dimanche 2 décembre 2007.

Les islamistes reculent en Algérie. D’après les résultats des élections locales en Algérie, le MSP est déclassé à la 4e place, tandis qu’En Nahda et El Islah sont relégués respectivement à la 9e et 10e places. Au total, ces trois partis réunis n’auront recueilli qu’un peu plus d’un million de voix sur les 8 millions d’électeurs qui ont voté. Certains observateurs expliquent ce recul par le peu de charisme des leaders de ces formations. Ce qui n’est pas totalement faux, pour peu que l’on s’attarde sur ce paramètre et comprendre, vingt ans après la chute du mur de Berlin, les capacités et les prouesses d’une Louisa Hanoune sans laquelle le PT n’aurait pas plus de voix que le MDS, c’est-à-dire proche de zéro. Il n’en demeure pas moins que ceci n’explique pas tout.

S’agissant particulièrement de l’islamisme politique, les Algériens viennent de prononcer leur refus de cautionner l’instrumentalisation de la religion à des fins politiques. Une religion qui, selon les résultats du scrutin, doit quitter le champ politique et ne s’exercer que dans les mosquées qui, d’autre part, font face à des affluences qui peuvent être de mauvais aloi. C’est dire l’attachement des Algériens aux valeurs de leur religion, mais pas à celle des politiciens. Encore moins à ceux qui, parmi ces politiciens, ont failli détruire l’Algérie en lançant les jeunes dans l’aventure des maquis. Une aventure qui est aujourd’hui finissante mais qui n’a laissé derrière elle que des cadavres et du sang, que la désolation et les larmes.

Synthèse de Kahina, www.algerie-dz.com
D’après l’Expression