ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Fin de la visite en Algérie de Sarkozy

 
La visite du président français Nicolas Sarkozy en Algérie a pris fin hier après un passage remarqué de Bouteflika et de Sarkozy à Constantine.
jeudi 6 décembre 2007.

Nicolas Sarkozy en Algérie. Nicolas Sarkozy, encore moins la France, ne s’est pas repenti, ni n’a présenté des excuses officielles aux Algériens pour tous les crimes contre l’humanité commis par les corps expéditionnaires français de 1830 à 1962. D’aucuns diront sans aucun doute que ce n’est pas la repentance que réclament à cor et à cri ceux qui font commerce de la lutte pour l’indépendance de tout le peuple algérien qui va nous réconcilier définitivement avec l’ancienne puissance colonisatrice. Politiquement et symboliquement, c’est déjà un grand pas en avant si Sarkozy reconnaît les effets dévastateurs de la colonisation française en Algérie. Parmi les étudiants, certains brandissaient des pancartes rappelant les origines juives de Nicolas Sarkozy et d’autres évoquant les crimes commis par la France en Algérie. Pour rappel, le lobby juif avait obtenu gain de cause du temps de Chirac au sujet de la déportation et des crimes commis contre les juifs durant la 1ère et 2e Guerres Mondiales.

Il était prévisible que Sarkozy allait évoquer les questions controversées de l’histoire et de la mémoire devant les étudiants de Constantine, mais sans présenter des excuses. "C’est une question d’honnêteté et de lucidité", avait commenté un haut responsable de la présidence française. "Quand vous circulez dans Alger, vous voyez bien qu’il n’y a pas que matière à excuses", a-t-il ajouté. Le Président français s’est encore contenté de dire que "le système colonial était injuste par nature et ne pouvait être vécu autrement que comme une entreprise d’asservissement et d’exploitation". "Je ne suis pas venu nier le passé", a ajouté le Président français devant les étudiants et les professeurs de l’université Bachir-Mentouri, soulignant que "l’Algérie et la France ont besoin l’une de l’autre". "Donnons la force à ce qui nous unit et pas à ce qui nous divise", a encore noté le Président Sarkozy qui a appelé Algériens et Français à vivre "leur diversité". Nicolas Sarkozy a achevé, hier, sa visite d’Etat de trois jours en Algérie par un discours devant les étudiants à Constantine, où il a détaillé son projet d’Union méditerranéenne et parler de formation et d’avenir pour les jeunes.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après la Dépêche de Kabylie