ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Mobilisation en Algérie pour soutenir Bouteflika

 
La mobilisation qu’orchestrent le FLN et ses satellites en Algérie vise à convaincre Abdelaziz Bouteflika de se représenter pour un 3e mandat en 2009.
samedi 8 décembre 2007.

Abdelaziz Bouteflika - Algérie. Et si Abdelaziz Bouteflika quitte la Présidence au bout de son second mandat ? Curieusement, c’est une tournure que nombreux sont les Algériens à conjurer comme un mauvais sort, face au grand point d’interrogation qui se profile à l’horizon 2009. N’est-ce pas que toutes les spéculations autour d’un troisième mandat pour Abdelaziz Bouteflika ont plutôt tendance à s’appesantir sur l’argumentaire qui plaide pour ou contre sa troisième candidature à la présidence de la République, ou encore sa capacité physique à assumer encore la plus haute fonction de l’État, enfin ses chances de réussir un tel pari. Mais, a-t-on réellement débattu la question de sa succession au cas où Abdelaziz Bouteflika viendrait à renoncer à ce troisième mandat ? Tout au plus si la vox populi a effleuré la question car singulièrement, c’est du bout des lèvres que l’opinion fait dans une prospective orpheline de Bouteflika et se montre incapable d’enfanter des “présidentiables” pouvant constituer une alternative.

Deux millions d’emplois, un million de logements supplémentaires... une croissance soutenue avec un taux de 7% par année jusqu’à l’horizon 2009 restaient quand même des engagements “très ambitieux” même si Bouteflika disposait de moyens qu’aucun Président avant lui n’avait les faveurs. Ce pari est-il en passe d’être gagné à une année et demie de la fin de son mandat ? Pour le FLN, cela ne fait aucun doute. Pour l’UGTA, l’UMPA, l’UNJA, l’Onec, l’Onem aussi. C’est d’ailleurs en chœur que ces organisations bilantent positivement le parcours présidentiel pour investir lourdement dans un troisième mandat de Bouteflika. Ce soutien, réglé comme du papier à musique, ne fait pas mystère d’une action concertée, et ne se formalise surtout pas des considérations qui le désignent comme une réponse à un “coup de starter”. Cet aspect ne revêt d’ailleurs aucune singularité puisqu’il a cette vocation de signifier l’ouverture des souscriptions au soutien de la candidature du Président actuel à un troisième mandat. La machine vient donc d’être mise en branle et le choix de l’éventail des organisations qui en donnent le ton ne relève sûrement pas du simple hasard. En effet, on retrouve les jeunes à travers l’UNJA, les travailleurs par le truchement de l’UGTA, la famille révolutionnaire représentée par les enfants de chouhada et les enfants des moudjahidine et, enfin, les paysans algériens et ne manquent donc à l’appel que les femmes. Cette démarche ne saurait étonner, d’autant moins qu’elle s’inscrit en droite ligne des mœurs politiques qui ont toujours prévalu en Algérie.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après Liberté