ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’émirati Emaar gèle ses projets en Algérie

 
Le groupe émirati Emaar aurait suspendu ses projets en Algérie en raison du manque d’assiettes foncières et de ses difficultés en Egypte.
samedi 8 décembre 2007.

Emaar suspend plusieurs de ses projets en Algérie. Pressé pourtant de s’installer en Algérie, le groupe émirati de l’immobilier, Emaar, vient de décider le gel de ses principaux projets selon une source proche du dossier. Sur les cinq projets présentés en juillet dernier au président Bouteflika par le patron d’Emaar, le groupe émirati n’en réalisera qu’un seul. Il s’agit, selon la même source, du complexe touristique Colonel Abbès à Zéralda, comprenant des résidences de vacances, un hôtel de 500 chambres, un golf ainsi que des centres commerciaux. Cette défection est en partie liée aux difficultés rencontrées par ce groupe émirati en Egypte où le géant de l’immobilier a réalisé des investissements coûteux et perdu beaucoup d’argent ces derniers mois. Mais il ne faut pas s’étonner que l’autre raison de ce « renoncement » vienne, encore une fois, des Algériens eux-mêmes.

En effet, elle serait liée aux difficultés rencontrées par Emaar dans l’obtention de terrains pour ses investissements estimés à près de 25 milliards de dollars. C’est le plus gros investisseur que l’Algérie a eu. Aussi, les quatre autres projets concernent des secteurs stratégiques diversifiés. Ils sont destinés à transformer la ville d’Alger et ses environs, la restructuration et la modernisation de la gare ferroviaire Agha, la transformation de la baie d’Alger, un nouveau campus universitaire et l’implantation d’un campus technologique à Sidi Abdellah. Or, ils ont été gelés il y a quelques jours. Aucune date n’a été fixée pour la reprise des projets. Le ministre de l’Industrie et de la Promotion des investissements, M.Abdelhamid Temmar, avait pourtant assuré, lors de ses différentes rencontres avec les représentants du groupe, que les obstacles soulevés par Emaar ont été levés.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après l’Expression