ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie renforce la lutte contre les terroristes d’Al-Qaida

 
L’Algérie prévoit le doublement des effectifs de police et de gendarmerie pour renforcer la lutte contre les terroristes d’Al-Qaida au Maghreb.
jeudi 10 janvier 2008.

L'Algérie s'engage à lutter contre le terrorisme. La question qui s’impose aujourd’hui, est de savoir si la multiplication du nombre de policiers, de gendarmes ou de militaires est la solution idoine qui mettra fin à l’interminable feuilleton terroriste en Algérie. Ciblant les édifices de l’Etat, les casernes et les commissariats de police, la série d’attentats kamikazes en Algérie a laissé pantois et les citoyens et les services de sécurité. D’autant plus que les attaques se succédant et se ressemblant, usent presque des mêmes procédés. Fonçant à bord de véhicules bourrés d’explosifs sur des cibles minutieusement choisies, les suicidaires laissent derrière eux, morts, blessés et désolation. Les corps constitués assument-ils efficacement leur mission de protection du citoyen ? Cette question s’est imposée, en dépit du fait que les forces de sécurité algériennes soient reconnues comme une référence internationale en matière de lutte antiterroriste.

Au-delà des avis des experts, que l’on peut taxer de toutes les étiquettes, la répétition des drames macabres signés par les kamikazes du Gspc, rebaptisé Al Qaîda au Maghreb, a fait sortir de ses gonds Ali Tounsi, directeur général de la Sûreté nationale. Ce dernier a lancé un avertissement aux éléments de la Police, juste après les attentats ayant ciblé le Conseil constitutionnel et les locaux de l’ONU à Alger. « Il n’y aura de place que pour les policiers capables de faire face aux terroristes », a-t-il tonné en direction des éléments du corps qu’il dirige, après que Zerhouni ait parlé d’une « baisse de vigilance ». L’autre point qualifié de « très important » et d’« indispensable » par les experts des questions sécuritaires a trait au renseignement. Un moyen de contrôle en amont, nécessitant une implication effective des citoyens, qui a fait ses preuves en Algérie et un peu partout dans le monde. Sur ce plan, les forces de sécurité ont à leur actif de remarquables exploits où il a été mis hors d’état de nuire plusieurs groupes terroristes dont celui ayant planifié l’attentat contre le Palais du gouvernement, perpétré le 11 avril 2007. Outre le renseignement, les concepteurs des stratégies de lutte antiterroriste tablent sur la généralisation des moyens de télésurveillance.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après L’Expression