ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les universités de Kabylie en ébullition

 
Les deux universités de Kabylie, Béjaia et Tizi Ouzou, connaissent des mouvements de protestation qui semblent interminables.
lundi 14 janvier 2008.

Grèves dans les universités de Kabylie. La CLE de l’Université de Tizi Ouzou en Kabylie annonce, en effet, un débrayage illimité à partir du 19 janvier prochain, histoire de maintenir la pression sur les pouvoirs publics afin de se faire entendre. D’ailleurs, dans un point de presse tenu, hier, les membres des comités autonomes menacent de radicaliser leur actions au cas où la tutelle demeure sourde à leurs revendications, allant surtout dans le sens d’exiger le départ de la directrice des œuvres universitaires de Hasnaoua. Cette dernière a, pour rappel, déposé plainte cette semaine à l’encontre de quatre étudiants pour offense au portrait du président de la République lors du saccage du bureau de la DOUH, mardi dernier.

Toutefois, les étudiants estiment l’action de la directrice dénuée de tout fondement, d’autant plus qu’il s’agit d’une action estudiantine entreprise par plus de deux mille personnes. “A travers cette plainte, la directrice essaye de se cacher derrière certaines choses. Il y a eu, certes saccage du mobilier, qui a été même incendié sur la voie publique. C’est une action syndicale. D’ailleurs, il y avait foule lors de cette action. La directrice accède aux locaux avec une grande arrogance alors que son départ est maintes fois réclamé de manière pacifique. C’est cela en quelque sorte qui a fait déborder le vase. C’est le paroxysme.” De ce fait, le bras de fer se corse entre la communauté estudiantine et l’administration alors que l’université est, en continue, en proie aux mouvements de protestation qui se déclenchent du jour au lendemain à tel point que l’année universitaire, connaissant déjà un retard remarquable, risque d’être sérieusement compromise. Par ailleurs, le plan d’action des protestataires s’articule sur un bon nombre de manifestations de terrain en vu justement de rester dans le sillage de la protestation.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après la Dépêche de Kabylie