ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Deux femmes terroristes arrêtées en Algérie

 
Les services de la sûreté de wilaya de Bouira au nord de l’Algérie ont arrêtés plusieurs suspects terroristes dont deux femmes qui projetaient des attentats kamikazes.
mercredi 13 février 2008.

La police de Bouira déjoue une tentative d'attentat contre le siège de sûreté de Lakhdaria en Algérie. Dans une course contre la montre, les enquêteurs des services de la sûreté de wilaya de Bouira au nord de l’Algérie sont parvenus jusqu’à la kamikaze et le cerveau de l’opération, quelques heures avant l’exécution de l’attaque. « Il nous a été imposé de les combattre (par le djihad) et nous effectuerons demain, si Dieu le veut, une attaque kamikaze, contre l’un de leurs centres, par le biais de notre sœur Sabrina que nous avons appelée « Sabira (celle qui patiente), et nous allons vous détruire ». Telle est la teneur de l’appel téléphonique reçu à la salle d’émission de la sûreté de daïra de Bouira, à 21 h 10 dans la nuit du quatre au cinq février, avant d’annoncer un état d’alerte général auprès des services de sécurité de la wilaya. Devant la gravité de la situation, il a fallu agir au plus vite afin d’épargner les vies, et pour connaître l’identité de l’individu qui a composé le 17, les services de sécurité ont contacté l’opérateur de téléphonie mobile dont l’instigateur de la menace a utilisé la puce. Il s’est avéré que cette puce appartenait à un paysan de la commune de Mechdellah, qui avait perdu son téléphone portable depuis un certain temps.

Les enquêteurs ont contacté une deuxième fois le directeur technique de l’opérateur de téléphonie mobile, pour qu’il leur fournisse tous les numéros joints par l’instigateur de la menace. A minuit, les enquêteurs ont reçu un bulletin contenant tous les numéros en question, et ils ont été frappés par deux numéros de téléphone qui étaient en contact avec le numéro recherché 15 fois par jour en moyenne. Il s’est avéré que ces numéros appartenaient à deux jeunes-filles habitant la ville de Lakhdaria, qui ont été arrêtées, et l’une d’entre elles a révélé qu’elle avait vendu la puce à une autre fille habitant dans la même ville. Les hommes de la Police judiciaire se sont rapidement déplacés vers elle, et elle a révélé aux enquêteurs l’identité de l’individu recherché avec qui elle était intimement liée. A une heure-dix du matin, l’officier supervisant l’opération a contacté à nouveau l’opérateur téléphonique, pour l’aider à situer l’emplacement de l’instigateur de la menace, et à l’aide de moyens techniques développés, l’endroit a été localisé, et les brigades de police se sont déplacées et ont arrêté l’individu recherché à deux heures du matin, devant l’école Bourbache. L’individu a nié au début avoir contacté la police, mais il s’est vite effondré en avouant tout, lorsqu’il a vu sa compagne présente dans le siège de sûreté. Il a comparu devant le procureur de la République qui a ordonné de le placer en détention provisoire alors que l’enquête se poursuit au sujet des deux jeunes filles résidant à Lakhdaria.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après El Khabar