ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie doit renforcer la protection des enfants

 
L’Algérie doit renforcer sa législation pour la protection des enfants et le suivi des mineurs victimes des violences physiques et sexuelles.
mardi 19 février 2008.

Le protection des enfants en Algérie est jugée insuffisante. En matière de protection de l’enfance, l’Algérie piétine encore ses pas pour la levée des réserves émises depuis 2005 par le Comité des droits de l’enfant, des Nations unies, en réponse au rapport présenté par l’Algérie à la 40e session des Nations unies. Plus d’une décennie plus tard, l’Algérie n’a pas réussi à lever toutes les réserves et appliquer les recommandations qui lui ont été prescrites, en matière d’amélioration de la situation des enfants. L’Algérie avait proposé à l’époque son projet de loi sur le code de protection de l’enfant, qui vise à mettre en place un mécanisme de protection des enfants contre toute forme de violence, de mauvais traitement, de sévices et de négligence. Ce code est encore au stade de projet depuis 2005.

Le comité avait également préconisé à l’Algérie « le réexamen global de sa législation nationale visant à assurer la totale conformité avec les principes et dispositions de la Convention internationale des droits des enfants ». Chose qui n’a jamais été réalisée. Idem pour le Plan national d’action pour la mise en œuvre de la Convention vivement recommandé dans les réserves du comité, afin de pallier l’absence de coordination constatée entre les divers organes et mécanismes gouvernementaux chargés de la mise en œuvre des droits de l’enfant au niveau national et local. En tout, 88 réserves accompagnées de recommandations ont été faites par le Comité des droits des enfants. L’Algérie dispose d’un délai fixé au 15 mai 2010 pour présenter ses 3e et 4e rapports relatifs à la situation de l’enfance où devraient être levées toutes les réserves émises.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après Le Soir d’Algérie