ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Il n’y a pas de pénurie d’eau en Algérie selon Sellal

 
L’Algérie ne connaît pas de pénurie d’eau et les barrages algériens sont remplis à près de 50% selon le ministre Abdelmalek Sellal.
jeudi 21 février 2008.

Il y a assez d'eau en Algérie selon Sellal. « La situation s’est nettement améliorée et il n’y aura aucun problème d’eau en Algérie, ni pour cette année ni pour l’année prochaine » a assuré le ministre. Invité de l’émission « Tahaoulet » de la chaîne I de la radio nationale, le ministre a voulu rassurer les habitants de la capitale Alger en annonçant que l’alimentation de l’ensemble des communes et quartiers de la capitale en eau potable sera assurée 24h/24h avant fin 2008. « L’alimentation de la capitale en eau potable 24h/24h, prévue initialement début 2009, sera finalement possible au cours de l’année 2008, à la faveur de la réception de plusieurs projets sectoriels au centre du pays » a indiqué le ministre qui a annoncé l’inauguration, la semaine prochaine, de l’une des plus grandes stations au niveau du bassin méditerranéen, à savoir la station de dessalement de l’eau de mer d’El Hamma. « L’alimentation régulière de la capitale sera rendue possible grâce au barrage de Taksebt qui alimentera Alger, à partir de la fin février, en eau potable à raison de 150.000 m3/jour, en sus de la station de dessalement du Hamma d’un apport de 200.000 m3/j qui sera réceptionnée dimanche prochain » affirme Sellal.

Abordant l’irrigation des terres agricoles qui consomment une importante quantité d’eau, le ministre a indiqué que malgré le fait que 65% des eaux sont destinées à l’irrigation, des problèmes subsistent toujours pour l’irrigation des grands périmètres. « Il est clair que la priorité est accordée à l’alimentation des populations en eau, et c’est dans ce sens qu’il est impératif d’avoir constamment des réserves. Je tiens aussi à souligner que 35% des communes d’Algérie ne payent pas leurs factures d’eau, pourtant forfaitaires, voire au prix symbolique » déclare Sellal qui a rappelé l’objectif des pouvoirs publics de construire 72 stations d’épuration à l’horizon 2009 à travers le territoire national pour une capacité totale de 600 millions m3 par an, destinées à l’irrigation. Rappelant que la « crise » de l’eau n’est pas le fait de la rareté des ressources, mais plutôt une question de gestion, l’invité de la Chaîne I a indiqué que la maîtrise de la gestion des ressources hydriques est un impératif, d’où la nécessité d’opter pour la formation et le recyclage des cadres algériens. En réponse à une question relative à l’expérience de la gestion déléguée de l’eau, le ministre a souligné que le recours à ce mode de gestion a permis une nette amélioration.

Synthèse de Billal, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran