ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La politique étrangère de l’Algérie est efficace selon Ksentini

 
La politique étrangère de l’Algérie est très effiace selon le président de la Commission consultative de promotion et de protection des droits de l’Homme Farouk Ksentini.
samedi 23 février 2008.

Farouk Ksentini s'exprime sur la politique étrangère de l'Algérie. Invité de l’émission « Rendez-vous du jeudi » de la chaîne II de la radio nationale, M. Ksentini a indiqué que les autorités algériennes ne restent pas les bras croisés devant la situation des ressortissants algériens emprisonnés dans les pays étrangers. Le président du CNCPPDH, qui s’est longuement étalé sur ce dossier et sur d’autres sujets d’actualité a souligné que le ministère algérien des Affaires étrangères « s’occupe très sérieusement » des dossiers de ces personnes, notamment ceux détenus en Libye, en Espagne et à Guantanamo. Rappelant que la politique étrangère de l’Algérie est très efficace, le même intervenant a souligné que les démarches qui aboutissent sont celles qui se font dans la discrétion ; ajoutant, dans la foulée, que l’intérêt porté par les autorités algériennes au sort de ces détenus fait que les pays concernés « se surveillent » pour ce qui est de leur traitement.

Les déclarations de M. Ksentini viennent conforter celles de M. Hocine Khaldoune, membre du CNCPPDH qui avait affirmé, il y a moins d’une dizaine de jours, que la CNCPPDH emploiera tous les moyens pour faire la lumière sur l’affaire des prisonniers algériens incarcérés dans les prisons libyennes. Sur ce dossier des 56 détenus algériens dans les prisons de la Libye, M. Ksentini, s’était déjà exprimé, lors de son passage à l’émission « Forum » de la chaîne III, le 27 janvier dernier. Le président de la CNCPPDH, avait ouvertement dénoncé ce qu’il a qualifié de « pratiques extrêmement ahurissantes », illustrées, avait-il dit, par l’amputation des mains de 3 ressortissants algériens. Il avait également, dénoncé le sort qui a été réservé aux 3 universitaires algériens en Egypte, évoquant, dans le même sillage, plusieurs cas d’Algériens emprisonnés en Tunisie. « L’Etat algérien n’a jamais tourné le dos aux problèmes de ses ressortissants à l’étranger », a-t-il relevé, affirmant, dans ce contexte, que « le problème des détenus algériens séquestrés à Guantanamo connaîtra incessamment son épilogue ».

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran