ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les fonctionnaires en grève en Algérie pour trois jours

 
Les Fonctionnaires seront en grève en Algérie pendant trois jours à l’appel de la coordination nationale des syndicats autonomes de la fonction publique.
dimanche 24 février 2008.

Les travailleurs de la fonction publique en Algérie en grève à partir d'aujourd'hui. Reprise de l’action protestataire dans les secteurs de la fonction publique en Algérie particulièrement dans l’éducation nationale, la santé publique et l’enseignement supérieur- à l’appel de la Coordination des syndicats autonomes de la fonction publique (CSAFP) composée de douze membres, tous opposés à la nouvelle grille des salaires et à son application avant la finalisation des statuts particuliers. Le mouvement de protestation commence aujourd’hui et va durer trois jours (24, 25 et 26 février). L’annonce en a été faite il y a plusieurs jours, voire près d’un mois, mais aucune réaction n’est venue des pouvoirs publics pour essayer de faire revenir les contestataires sur leur décision, n’ignorant pourtant pas les conséquences de ces mouvements répétés sur le fonctionnement des établissements et aussi sur le moral et la santé des citoyens.

Les grèves du 15 janvier (CLA et la CSAFP), des 12 et 13 janvier (CNAPEST) et des 10, 11 et 12 février (Intersyndicale de la fonction publique) n’ont-elles pas suffisamment paralysé les secteurs concernés et provoqué le désarroi des citoyens ? Même les partis politiques et les représentants du peuple (APN et Sénat) ne jugent pas nécessaire, semble-t-il, de réagir comme si les revendications des travailleurs de la fonction publique ne concernent que ces derniers. C’est là justement l’une des raisons qui poussent les syndicats autonomes à durcir le ton vis-à-vis du gouvernement en Algérie, menaçant même d’aller -certains d’entre eux- vers des grèves illimitées, laissant leurs bases respectives trancher la question. Une chose est sûre, l’ensemble des douze syndicats composant la CSAFP affichent une détermination sans faille à aller au bout de leur action revendicative et par conséquent à faire entendre leur voix auprès des pouvoirs publics. Leur principale revendication consiste en l’ouverture d’un dialogue avec ces derniers, autour de toutes les questions qui engagent l’avenir des travailleurs de la fonction publique, à commencer par les salaires et le maintien du pouvoir d’achat.

Synthèse de Billal, www.algerie-dz.com
D’après la Tribune