ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Lorsque la France testait ses armes nucléaires en Algérie

 
La France coloniale avait testé en Algérie sa première arme nucléaire dite la "Gerboise Bleue" le 13 février 1960 mais s’est toujours refusée à s’excuser pour ce crime.
dimanche 24 février 2008.

La France a testé des armes nucléaires en Algérie. La Gerboise Bleue est la première arme nucléaire française qui fut détonnée sur le site d’essai nucléaire de Reggane dans le sud de l’Algérie le 13 février 1960. La bombe avait une puissance de 70 kilotonnes et était perché sur une tour à 100 mètres de hauteur. La France continue de refuser de reconnaître ses crimes en Algérie malgré ce qu’a vécu la région du sud de l’Algérie, depuis l’explosion de la « Gerboise bleue » à Régane de 40 à 80 kilotonnes, ce qui équivaut trois fois la force de la bombe de Hiroshima et Nagasaki, suivie de trois explosions en plein air, et 35 autres dans les puits de plutonium , avant l’explosion de « la Gerboise rouge » entre 1961 et 1963. La France a poursuivi des expériences du 7 novembre au 16 février 1966, avec des explosions souterraines, sur le site d’Aïn Aïker dans les montagnes du Hoggar dans le Tassili.

Les statistiques de santé de l’hôpital de Régane commencent toutes en 1968, soit une année après le départ des autorités militaires françaises vers la Polynésie. Ces données médicales de la période incluse entre le 13 février 1963 et l’année 1966 constituent des preuves scientifiques de la catastrophe qui a frappé la région, et que la France tente de dissimuler. Pourtant, les statistiques indiquent clairement l’augmentation du nombre de décès d’enfants. Afin de s’assurer du lien entre ces décès et les radiations nucléaires, Il faut, cependant, effectuer des études pratiques, afin de comparer ces chiffres avec le taux de décès d’enfants dans les différentes régions d’Algérie. Il en est de même pour les cas de cancer qui ont atteint 17 cas en 2006, alors qu’il ne dépassait pas 8 cas en 2000.

Synthèse de Billal, www.algerie-dz.com
D’après El Khabar