ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie avance à petits pas dans la protection environnementale

 
Le gouvernement affirme être engagé à mieux gérer la situation environnementale de l’Algérie avec de nouvelles mesures concrètes.
lundi 10 mars 2008.

L'algérie et l'environnement. Car, si l’Algérie a entrepris la création du ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et du Tourisme (MATET), l’adoption d’une législation moderne et la conception d’un plan d’action national pour l’environnement et le développement durable, il n’en demeure pas moins que, sur le terrain, les choses ne semblent pas évoluer. Et ce, malgré toute la bonne volonté de l’actuel ministre, M. Cherif Rahmani, qui ne cesse de multiplier les actions afin de mener à terme sa nouvelle politique environnementale. Mais les choses n’avancent pas réellement. Il suffit, pour s’en rendre compte, de rappeler le projet visant à transformer le site de la décharge publique d’Oued Smar en un parc public, lancé en 2006. Un projet qui n’a toujours pas vu le jour. Les 25 mètres d’épaisseur de déchets de la plus grande décharge du pays qui avait ouvert ses portes, rappelons-le, en 1978, devaient être enterrés sous des espaces verts couvrant 30 hectares. L’opération de reconversion du site d’Oued Smar devait initialement durer huit mois, et cela sous le contrôle de la société de consultants libanaise Liban-Consult. Mais la décharge d’Oued Smar n’est toujours pas fermée même si, officiellement, la décision a été prise.

Elle ne reçoit peut-être plus les 2 500 tonnes/jour de déchets qui provenaient des 53 communes de la wilaya d’Alger, mais elle reste opérationnelle. Le ministère de l’Environnement a annoncé par la suite que les délais de remise des offres par les soumissionnaires pour les travaux de fermeture et de réaménagement de la décharge d’Oued Smar ont été prorogés tout en reconnaissant que des difficultés ont freiné ce projet et que la création d’un jardin botanique dans cet espace de 32 ha de saleté a été remise aux calendes grecques. Par ailleurs, devant la saturation de la décharge d’Oued Smar, un centre d’enfouissement technique (CET) a été ouvert à Ouled Fayet et ce, malgré la grogne des riverains et la décision du Conseil d’Etat portant sur sa fermeture en faveur de l’association de Baba Hassen qui a introduit une affaire en justice. Le centre d’Ouled Fayet est toujours fonctionnel. Selon les explications fournies par les responsables de ce site, il ne s’agit pas d’une décharge à l’air libre mais d’une décharge spécialement conçue pour le stockage des déchets sans générer de pollution, grâce à un système d’étanchéité au fond de l’aire de stockage, un système de drainage et d’épuration des lixiviats, un système de récupération et d’élimination du biogaz, des équipements d’épandage, de compactage et de recouvrement des déchets... C’est loin d’être l’avis des habitants des alentours de ce centre d’enfouissement. Il n’empêche que l’Etat a décidé de créer 80 CET, prévus par le Progdem (programme national de gestion des déchets). 20 sont terminés, 34 en cours de construction et 26 encore en phase d’étude.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après la Tribune