ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La lutte contre le terrorisme en Kabylie s’intensifie

 
Les forces de sécurité ont mis en place un nouveau plan de lutte contre le terrorisme en Kabylie pour prévenir les actes terroristes d’al-Qaida.
mardi 18 mars 2008.

Des soldats en Kabylie. Face à la recrudescence soudaine des actes terroristes en Kabylie, les autorités militaires sont en phase de mettre en place un nouveau dispositif sécuritaire pour contenir la nouvelle situation, selon des sources sécuritaires. Une situation qui fait que ces derniers jours, les groupes armés concentrent leur nuisance dans un périmètre très réduit appelé Zone II, qui s’étale de l’extrême est de la wilaya de Tizi Ouzou jusqu’aux portes de la capitale à l’ouest, et à une partie de la wilaya de Bouira au sud pour faire plus de bruit au plan médiatique, selon des spécialistes des questions sécuritaires. Ce plan devrait prendre en compte deux données nouvelles dans l’action des terroristes : la méthode de recrutement des nouveaux terroristes et le ralliement public du GSPC à l’organisation terroriste internationale de Ben Laden. Nos sources nous expliquent que les groupes armés comptent parmi eux des jeunes et moins jeunes non connus des services et ce, contrairement aux années de braise durant lesquelles presque tous les éléments armés étaient fichés par les services de sécurité.

La facilité retrouvée par l’organisation terroriste de Droukdel Abdel Malek, alias Abou Mousaab El Ouadoud vient du fait de la disponibilité de mannes financières pour soudoyer les nouvelles recrues, argent qui, essentiellement, provient des rackets et enlèvements opérés quelque temps avant l’expiration du délai accordé aux groupes armés pour se rendre. De plus, aujourd’hui, le GSPC est devenu un sous-traitant d’El Qaïda, alors il faut plaire aux chefs et tenter de les persuader qu’ils possèdent la force de frappe dans la région et peuvent devenir incontournables au sein de l’organisation. A en croire des sources sécuritaires, une partie de ce plan est déjà en application depuis les attentats à la voiture piégée du 13 février dernier et l’embuscade meurtrière contre les gendarmes de Beni Yenni de dimanche dernier, qui avait fait 6 morts et un blessé parmi la patrouille des gendarmes, n’a fait qu’accélérer les choses. D’autant que ce nouveau plan verra le redéploiement du corps de la gendarmerie en Kabylie dont l’annonce a été déjà faite il y a quelques mois. Car de l’avis des spécialistes des questions sécuritaires, l’absence d’un maillage sécuritaire conséquent en Kabylie, en raison du faible taux de couverture sécuritaire alors que sa spécificité géographique nécessite plus de présence de services de sécurité que dans d’autres régions du pays, ne favorise guère le travail préventif contre les activités terroristes qu’est le renseignement.

Synthèse de Kahina, www.algerie-dz.com
D’après le Jour d’Algérie