ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le Mouvement Citoyen : Grèves générales et marches pour début Avril

 
Faire de la journée du 8 avril un rendez-vous de protestation pacifique, observer une grève générale le jour du coup d’envoi de la campagne électorale, une autre grève générale et une marche populaire à Tizi Ouzou le 5 avril, telles sont les résolutions de la 36e réunion ordinaire de la CADC tenue jeudi dernier à Aït Aïssi (Béni Douala) quant au rejet de l’élection présidentielle.
lundi 1er mars 2004.

Les aârouch annoncent ainsi la couleur et donnent un aperçu de ce sera le prochain rendez-vous électoral : mobilisation massive pour un rejet franc de cette nouvelle mascarade électorale que le pouvoir maffieux et assassin s’apprête avec ses sous-traitants habituels à imposer au peuple algérien. Convaincue que cette « farce électorale » n’intéresse et n’emballe que ses promoteurs, la CADC « épingle » tous les candidats à la magistrature suprême, plus particulièrement le président du RCD qu’elle ne cite pas nommément cependant. Les aârouch justifient leur position par le constat qu’ils font et selon lequel « si le peuple est invité aux urnes, c’est uniquement pour servir de marche-pied à des candidats opportunistes et mégalomanes, attirés par des dividendes bassement matériels ».

Etendant leur critique aux formations politiques qui « ont accepté de servir de caution légitimant un système clientéliste et usurpateur », les aârouch écrivent dans la déclaration sanctionnant les travaux de leur rencontre : « La disqualification du régime actuel passe () par celle des partis croupions et des militants du ventre qui lui servent de relais au sein de la société. » Ce document se distingue de tous ceux qu’avait l’habitude dediffuser la CADC au terme de ses réunions par un ton particulièrement virulent envers le parti de Saïd Sadi : « Quel crédit peut-on accorder à un sinistre sieur qui prétend participer aux élections sous prétexte de faire barrage à la fraude, alors qu’en 1999 il avait, au contraire, appelé au boycott de la présidentielle pour faire échec à la fraude du siècle ?

Pris de panique par le mot d’ordre de rejet de la tricherie électorale du 8 avril prochain lancé par le mouvement citoyen, certains politicards voyant leurs privilèges et leurs statuts s’évaporer se sont mus en mercenaires et ont multiplié et accentué les attaques par le biais de déclarations calomnieuses de bas étage à l’encontre des élégués. »

S’agissant de la satisfaction des six incidences, les délégués de la CADC relèveront le « recul d’Ouyahia », notamment au sujet de la révocation des « indus élus », du contentieux Sonelgaz et de la levée des poursuites judiciaires. La défiscalisation promise par le Pouvoir n’est pas, elle non plus, concrétisée. Pis, la formule proposée par les pouvoirs publics est rejetée par les aârouch. Sur ce, la CADC a décidé de revoir la composante de la commission chargée du suivi de la défiscalisation.

Par ailleurs, elle a appelé les parents des victimes du Printemps noir à une réunion vendredi prochain à Tizi Rached pour « assainir certaines situations pendantes et examiner quelques différends internes ».

Kamel Omar, Le Matin