ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie veut renforcer sa coopération avec l’Egypte

 
Avec l’ambition de renforcer la coopération entre l’Algérie et l’Egypte, le président Abdelaziz Bouteflika effectuera une visite officielle au Caire.
samedi 29 mars 2008.

L'Algérie et l'Egypte. Invité par son homologue égyptien, le président de la République Abdelaziz Bouteflika se rendra, à la fin des travaux du sommet arabe, en Egypte. Cette visite, intervenant quelques semaines après celle effectuée par le président du Conseil des ministres égyptien M. Ahmed Nadhif à Alger, s’inscrit officiellement dans le cadre des échanges bilatéraux entre l’Egypte et l’Algérie. D’ailleurs, lors des travaux de la 6ème Haute-Commission mixte de coopération algéro-égyptienne, qui se sont déroulés au début du mois, plusieurs conventions, protocoles, mémorandums d’entente et programmes exécutifs ont été signés. Les investissements égyptiens en Algérie ont atteint les 4 milliards de dollars, à travers 30 projets égyptiens et d’autres projets mixtes entre des investisseurs algériens et égyptiens. Les entreprises égyptiennes en Algérie viennent en tête en matière d’investissements étrangers hors hydrocarbures. Elles couvrent plusieurs secteurs économiques tels que l’industrie, les communications, le bâtiment, le tourisme, les transports et l’agriculture.

De même que de nouveaux projets d’investissements égyptiens sont prévus en Algérie, à l’exemple de la réalisation d’une cimenterie à Djelfa, celle d’un complexe sidérurgique à Djen Djen ou encore du méga-projet du complexe d’ammoniac à Arzew. La volonté de l’Algérie de renforcer davantage ses relations avec l’Egypte a été confirmée par le chef du gouvernement, Abdelaziz Belkhadem, qui a affiché « l’entière disponibilité de l’Algérie à exploiter tous les moyens à l’effet de bâtir des relations de haut niveau avec l’Égypte, notamment à travers la promotion des conventions existantes et la mise en œuvre d’autres ». Le président du Conseil des ministres égyptien, qui s’était félicité du volume des investissements égyptiens en Algérie, avait alors souligné que l’Égypte « est soucieuse d’offrir toutes les facilités pour une meilleure fluidité commerciale entre les deux pays ». Au plan économique donc, la dynamique semble être propulsée. Au plan politique, l’Egypte affirme, par la voix du président de son Conseil des ministres, « la convergence totale » des points de vue entre l’Algérie et l’Egypte.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après la Tribune