ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie favorable à un bloc économique arabe

 
Abdelaziz Bouteflika qui représentait l’Algérie au sommet arabe de Damas a plaidé pour la création d’un espace économique arabe.
dimanche 30 mars 2008.

L'Algérie et les arabes. Dans le discours du président Bouteflika qui representait l’Algérie au sommet arabe de Damas en Syrie, distribué à la presse aux environs de 16 heures, heure locale, on lit un état des lieux des relations inter-arabes. « Nous nous réunissons aujourd’hui, et notre Monde arabe traverse des situations et des conditions gravissimes et inédites. » Pour Bouteflika, « ces conditions n’augurent rien de bon en raison de la persistance de l’état d’insécurité, d’instabilité dans diverses régions, ce qui y a favorisé conflits et ingérences étrangères, ce qui a compromis tous les efforts visant à améliorer les conditions de nos peuples ». Bouteflika estime que « le contexte régional et mondial actuel, avec ses interactions négatives, favorise notre marginalisation et notre exclusion, voire notre humiliation, à travers l’empressement de regroupements et d’alliances stratégiques à s’approprier le pouvoir de décision dans le processus de cristallisation du monde d’aujourd’hui et le traçage des contours de ses mécanismes au profit de leurs intérêts propres et de la consolidation de leurs forces, sans accorder aucune importance aux faibles et aux retardataires ».

Mais le Président semble être optimiste face à « cette réalité amère » en raison des capacités et des potentialités immenses disponibles dans le Monde arabe qui nécessite néanmoins un effort « de construction d’un espace harmonieux et complémentaire afin de pouvoir intégrer le système global de la mondialisation et nous imposer comme une partie qui a son poids ». Au nom de l’Algérie, Bouteflika considère que ce sont là des défis qui exigent le dépassement des différends et privilégie ce qui unit les Arabes afin de s’intéresser au développement durable de la région. Bouteflika évoque ainsi les réformes menées par chaque pays arabe qui ont donné des résultats tangibles au niveau national mais, a-t-il estimé, « ces réformes restent vaines dans le monde des ensembles, d’où l’impératif de renforcer ces réformes à travers la coordination des efforts et d’avancer sérieusement pour devenir un ensemble économique unique ». Dans cette perspective, le président de la République appelle les chefs d’Etat arabes à préparer sérieusement le sommet économique et social, qui se tiendra au Koweït en janvier 2009, « pour en faire un évènement majeur ».

Synthèse de Kahina, www.algerie-dz.com
D’après La Tribune