ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie participera au sommet de Dakar

 
Le président Abdelaziz Bouteflika représentera l’Algérie au sommet des pays africains prévu le mardi 15 avril à Dakar au Sénégal.
dimanche 13 avril 2008.

L'Algérie en Afrique. L’Afrique en sommet à Dakar, Sénégal, mardi 15 avril, pour discuter de réflexion sur le Nepad. Le président de la République Abdelaziz Bouteflika qui représentera l’Algérie, y prendra part. Le Nepad est une initiative africaine, une idée à consensus. Elle était arrivée à maturité il y a sept ans. Assez pour faire du chemin, se développer ? Le Nepad a suscité de l’espoir dans un continent en proie à d’énormes difficultés, la dette en tête. Le Nepad, débattu dans plusieurs capitales africaines et même étrangères, enrichi, complété, soutenu, a pour ultime objectif de combler le retard qui sépare l’Afrique des pays développés. Malgré les tares, les obstacles émaillant son développement, malgré le fait qu’elle ne représente que 1,7% du commerce international, qu’elle est apparue comme le dernier des continents en termes de croissance et de développement et comme le continent le plus pauvre, l’Afrique considère qu’elle est, et c’est légitime, dans la globalisation et non en marge de l’évolution du monde.

L’Afrique s’efforce de se départir de certaines pratiques managériales, au sens large du terme, qui font que son développement traîne en longueur, qu’il n’a pas vraiment voix au chapitre sur certaines nombres de questions d’ordre international. L’Afrique s’évertue ainsi à gérer au mieux le cumul de la dette et de s’ouvrir sur l’économique mais aussi sur le politique. Des statistiques situent la dette que contracte le continent dans des proportions effarantes. En valeur, la dette en question est passée de 80 milliards de dollars en 1980 à... 250 milliards en 2003. Et, pendant ce temps, les revenus n’ont pas augmenté. Alors que dix-huit pays africains ont vu récemment leur dette entièrement annulée par le G8, pratiquement tous les pays vivent au-dessus de leurs moyens. Des voix optimistes estiment cependant que l’endettement massif du continent n’est pas si dramatique. Les pays africains se reprennent, les pays industrialisés tentent aujourd’hui de se mettre à contribution et de se départir de vieux réflexes hérités du passé, dans les colonies africaines.

Synthèse de Kahina, www.algerie-dz.com
D’après La Tribune