ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’hébergement d’un clandestin en Algérie sévèrement puni

 
L’introduction ou l’hébergement d’un étranger en Algérie de manière illégale sera puni d’une amende de 300 millions de centimes.
lundi 14 avril 2008.

Des clandestins africains en Algérie. Le Gouvernement a décidé, suite à un accord avec la commission juridique du parlement, de tripler les peines contre toute personne impliquée dans l’introduction d’un étranger en Algérie de manière illégale. La personne coupable sera condamnée à une amende de 300 millions de centimes, en vertu des amendements qui ont été apportées au projet de loi de la résidence des étrangers. Messaoud Chihoub, président de la commission juridique, administrative et des libertés, a déclaré aux journalistes qu’il a reçu, hier, à son bureau, que les personnes concernées par cette amende sont celles qui facilitent aux étrangers l’accès au territoire national, les transportent à l’intérieur de l’Algérie, les hébergent, ou leur apportent une aide quelconque.

Il a indiqué que cette peine était de 100 millions de centimes avant que 48 amendements ne soient apportés à cette loi. Elle vise à lutter contre les réseaux de trafic des personnes et contre l’atteinte à la souveraineté des frontières et du territoire algérien. Evoquer l’émigration clandestine, ajoute Chihoub, nous mène directement à parler des frontières Sud de l’Algérie d’où transitent des centaines d’Africains chaque année. Il a indiqué que le réseau de trafic des personnes utilise des moyens du crime organisé, notamment le terrorisme et le trafic de drogues. Il a expliqué que les membres de la commission ont refusé 15 amendements apportés par les députés dans le cadre de la révision du texte du projet de loi relatif à la résidence des étrangers, et ont accepté 15 autres. La commission a introduit 6 amendements et 9 autres, après un accord avec le Gouvernement.

Synthèse de Souad, www.algerie-dz.com
D’après El Khabar