ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Bouteflika pour la promulgation d’une fetwa interdisant le terrorisme

 
Le président Bouteflika a appelé hier à promulguer une fetwa interdisant le crime, et à dépasser la simple condamnation, dans un message adressé au congrès des ministres de la Culture de l’Organisation de la conférence islamique (OCI).
jeudi 16 décembre 2004.

A travers ce message, le président de la République a remis au jour une réalité constatée par l’Algérie, à l’instar de tous les pays musulmans qui font face au phénomène du terrorisme. A savoir que les hommes de culte ne sont pas nombreux à avoir condamné ouvertement le crime qui se targue de religion, comparativement à la majorité qui ont fermé les yeux sur les exactions terroristes, entretenant sciemment une confusion des concepts. Le président de la République a ainsi souligné la nécessité de « barrer la route aux adeptes de la violence et du crime », à travers une implication des « hommes de culte », en expliquant que le « terrorisme est un monstre qui n’épargne personne ». « Tous ensemble, nous devons éradiquer le terrorisme en ayant recours à l’évolution extraordinaire des moyens de communication et d’information et en permettant aux compétences en matière d’information, dans les pays musulmans, de dire les vérités en toute liberté et faire connaître les principes de notre religion qui rejette la violence et le fanatisme », a-t-il souligné.

Il a également plaidé pour « l’ouverture d’un espace de liberté à nos peuples en vue de les sensibiliser pour exprimer leurs ambitions à une vie digne, loin de tout esprit de domination ou d’oppression ». « Nous ne devons pas négliger la dimension socioéconomique chaotique de cette catégorie égarée de la société qui a basculé dans la spirale de la violence et de la destruction du fait du désespoir, de la pauvreté et de la rancœur », a-t-il ajouté. Il évoquera aussi « les changements survenus dans le monde, notamment en ce qui a trait à la restriction de la souveraineté des Etats au nom d’une mondialisation injuste que nous voulons plus humaine, plus reconnaissante des spécificités de nos cultures afin de répondre aux aspirations de nos peuples à la justice, à l’égalité et à la liberté ». il ajoutera que « le monde musulman a grandement besoin, en pareille conjoncture, d’une dynamique nouvelle qui inclura parmi ses objectifs la résolution des différends et la réconciliation afin de relever les défis et définir un plan scientifique et réaliste susceptible de contrecarrer les campagnes visant à porter atteinte à l’image des musulmans ».

Pour sa part, Abdelkader Bensalah, le président du Conseil de la nation, a exprimé le vœu de voir cette conférence constituer une étape importante dans la compréhension des impératifs du monde contemporain pour faire face aux défis à travers « des propositions et des visions qui lèvent les ambiguïtés sur les notions erronées et les comportements qui nuisent à l’Islam », conclut-il.

Par Amar Rafa, La Tribune