ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La violence dans le football en Algérie

 
La violence dans le sport notamment dans le football en Algérie, est devenue inquiétante et angoissante.
mercredi 23 avril 2008.

Le football en Algérie. Maintenant, des bandes de déjantés, méritant plus que la camisole de force, hantent nos stades, nos rues et nos vies. Ce qui s’est passé lundi à Oran, à Annaba, et ces dernières semaines à Kouba, Réghaïa ou Dréan, mérite qu’on s’y attarde. Certes, la frustration de perdre un match est forte. Voir son équipe fétiche se faire rosser chez elle est déprimant, mais cela justifie-t-il pour autant cette monumentale vague de violence charriée par des « supporters » en furie à la sortie des stades en Algérie ? Non, cela ne peut être uniquement justifié par quelques analyses « sociologiques » ou psychologiques de circonstance. Non, l’inquiétante réapparition de cette violence gratuite, de cette haine vomie par les stades de football ne saurait ni légitimer le chômage endémique qui ronge la jeunesse algérienne, ni le peu de visibilité qu’ils ont de leur avenir. C’est, en fait, un puissant signal du blocage de toute une société, de pans entiers de la société algérienne. Et à ce niveau, on ne peut que rappeler aux dirigeants, aux responsables du football qu’ils doivent intervenir, directement, pour que cessent ces spectacles de clowns lorsque des images de la TV nous montrent des dirigeants éructant de colère contre l’arbitre ou l’équipe adverse, et bomber le torse sur la « main courante » ou pénétrer carrément sur le terrain, malgré les règlements.

Comment dès lors faire accepter à des supporters rongés par la malvie le résultat d’une simple rencontre de football ? Un résultat qui n’a aucune relation ni de près ni de loin avec leur avenir immédiat. Alors, pourquoi toute cette violence gratuite qui empoisonne la vie des malheureux riverains des stades de football en Algérie, sinon d’arènes où les gladiateurs sont les spectateurs ? Des images diffusées sur le site Internet de « You Tube » montrent en fait cette violence physique, quasi « satanique, qui sourd de ces stades de tous les dangers. Des spectateurs ont été tués au sortir d’un match de football, d’autres affreusement mutilés. Et pour quelle cause sacrée ? Le sacre d’une équipe de football, une coupe en métal de moins d’un kilo, ou sa relégation sont-ils à ce point vitaux pour que des vies humaines soient ainsi sacrifiées, pour que de paisibles citoyens en fassent les frais, physiquement, moralement et financièrement ? La saison 2008 aura été, par ailleurs, symptomatique de cette décrépitude, sinon de cette furieuse dégénérescence du football algérien : l’EN qui se cherche un stade pour jouer un match FIFA dans la banlieue de Paris, comme une simple équipe de quartier, un championnat dont les matches sont émaillés de terribles incidents, et des instances de football apparemment dépassées par la situation.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran