ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Haro sur l’adhésion de l’Algérie à l’OMC

 
L’adhésion de l’Algérie à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) nuirait aux entreprises algériennes selon Louisa Hanoune du Parti des travailleurs.
samedi 26 avril 2008.

Louisa Hanoune sur l'adhésion de l'Algérie à l'OMC. Au moment où l’Algérie se prépare à adhérer à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), la dirigeante du Parti des travailleurs (PT) poursuit sa bataille contre le capitalisme et l’orientation économique choisie par les pouvoirs publics depuis quelques années. Lors de la conférence de presse animée hier à Alger à l’issue des travaux de la session ordinaire du comité central ayant débuté la veille, Mme Louisa Hanoune a affiché l’inquiétude du parti devant la menace qui guette la production nationale en raison des conditions que ne cessent d’imposer les négociateurs internationaux de l’OMC à l’Algérie. « Certains disent que cette adhésion est irréversible au moment même où le groupe des 7 [G7] appelle à en atténuer les perversions. C’est pourquoi nous disons attention, allez-y doucement ! » soutiendra-t-elle avant de rappeler la crise mondiale du subprime qui, à ses yeux, met à nu les « dysfonctionnements structurels du capitalisme qui est appelé à disparaître ».

Et d’ajouter : « Nous lançons un défi à quiconque pour nous convaincre qu’il y a un avenir pour l’humanité avec le capitalisme. Toutes les institutions issues de Bretton Woods sont en crise, le marché mondial est saturé de richesses et de produits mais qui sont distribués de manière illégale et qui profitent à un petit pourcentage ! » La conférencière se demande si, au rythme où vont les choses, l’Algérie ne reviendra pas en arrière, de même qu’elle s’interroge sur le devenir de la production agricole notamment : « Ce secteur est classé 13ème s’agissant du budget de l’Etat alors qu’il aurait dû être parmi les priorités de l’Etat qui devra continuer à soutenir les produits agricoles et à protéger la production nationale ! » lancera-t-elle avant de rappeler que 70% de nos produits alimentaires sont importés au moment où les réserves de changes de l’Algérie dépassent les 100 milliards de dollars.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après La Tribune