ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Les conditions de l’Algérie sur l’Union pour la Méditerranée

 
Le soutien de l’Algérie au projet de l’Union pour la Méditerranée dépendra en partie de la volonté de la France de s’excuser pour ses crimes coloniaux.
vendredi 16 mai 2008.

La France, l'Algérie et l'Union pour la Méditerranée. La visite du ministre français des Affaires étrangères et européennes Bernard Kouchner à Alger entrait dans le cadre de l’activisme français afin de promouvoir le projet cher à Nicolas Sarkozy, de l’Union pour la Méditerranée (UPM), selon la presse française. Mourad Medelci, qui accueillait son homologue français à l’aéroport d’Alger, s’est félicité, au début de la réunion avec M. Kouchner, tenue à la résidence El-Mithak, de la " consolidation des relations entre la France et l’Algérie, et qui se manifeste à travers l’échange de visites entre responsables des deux pays et la concrétisation de projets de coopération bilatérale ". A l’issue de l’audience que lui a accordée le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, le diplomate français a affirmé que ce projet sera "différent" du processus de Barcelone. En outre, le ministre français a indiqué dans une déclaration à la presse, avoir évoqué avec le Président algérien, M.Bouteflika, le " projet d’Union pour la Méditerranée et la place de l’Algérie et de la rive Sud ".

Notons, par ailleurs, selon toujours des sources médiatiques que l’Algérie chercherait à obtenir des éclaircissements sur le projet, qui doit être lancé officiellement le 13 juillet au cours d’un sommet des candidats à l’UPM, par le Président français Nicolas Sarkozy. Pour rappel, dans un entretien accordé dimanche passé à l’APS, Kouchner avait indiqué que l’Algérie faisait partie des "partenaires majeurs sur lesquels la France compte beaucoup" pour participer à l’UPM. Il a ajouté, par ailleurs, que "nous sommes très attachés à la réussite de ce projet, qui sera au cœur de la présidence française de l’Union européenne, à partir du 1er juillet prochain ". Selon la presse nationale, l’adhésion de l’Algérie à ce projet serait tributaire de conditions liées essentiellement au passé colonial de la France et aux exactions commises contre le peuple algérien durant l’occupation.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après La Dépêche de Kabylie