ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Le Bac 2008 en Algérie sans surprises

 
Les candidats au Bac 2008 Algérie n’ont pas été surpris par le contenu des sujets qui ont été tirés des leçons enseignées.
dimanche 8 juin 2008.

Bac 2008 Algérie. Les épreuves du Bac 2008 Algérie ont commencé hier à 9h. Stressés, parfois accompagnés par leurs parents, les candidats ont rejoint les centres d’examen dans des conditions normales. La direction de l’éducation d’Alger-Centre n’a signalé aucune perturbation. Bien au contraire, elle affirme que la première journée était une « réussite totale ». Il n’y a pas eu d’absence, à l’exception des candidats libres, apprend-on également auprès de l’Académie d’Alger. Les sujets des épreuves de cette première journée, l’arabe dans la matinée et l’anglais dans l’après-midi, étaient abordables et même faciles, selon certains candidats. Par contre, d’autres ont estimé inabordable l’épreuve d’anglais. Nous avons rencontré certains candidats dans la rue pour qui protestaient à propos de la surcharge des programmes et de leur difficulté.

Sofiane, candidat à El-Achour, avait dit, en janvier dernier, ne pas assimiler parfaitement les leçons. Il avait entamé une grève de 15 jours. Il affirme aujourd’hui que le sujet d’arabe est facile. Pour la filière sciences expérimentales, à titre d’exemple, les candidats au Bac 2008 Algérie s’accordent à dire que les questions étaient largement à leur portée. Même son de cloche chez les candidats de la filière gestion qu’ils considèrent accessibles. Pour les candidats de l’ancien programme, même appréciation. Les sujets d’arabe et d’anglais étaient faciles. Le ministère de l’Education nationale a tenu sa promesse. L’ensemble des candidats ont eu droit à deux sujets au choix ainsi que 30 minutes supplémentaires. Même si certains surveillants ont dû fermer les yeux sur certains dépassements, dans l’ensemble les candidats disent être sous haute surveillance. Outre les mesures exceptionnelles prises cette année, le ministère a pris toutes les dispositions pour assurer une plus grande rigueur. Cinq surveillants sont mobilisés pour chaque classe d’examen ainsi que trois observateurs venus d’autres wilayas.

Synthèse de Kahina, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant