ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

Coopération pénitentiaire entre l’Algérie et la Grande-Bretagne

 
La coopération pénitentiaire entre la Grande-Bretagne et l’Algérie prend forme en vue de la modernisation des prisons algériennes.
lundi 9 juin 2008.

l'Algérie et la Grande-Bretagne coopèrent dans les prisons. Mokhtar Felioune, directeur général de l’administration pénitentiaire, relevant du ministère de la Justice a déclaré, hier, en marge de la cérémonie de lancement de la seconde phase du programme de coopération entre sa direction et le centre international des études pénitentiaires de Grande-Bretagne, programme financé par la partie britannique, pour un montant de 300.000 livres sterling, que « l’Algérie ne compte pas, à travers cette coopération, copier le modèle de gestion britannique, mais oeuvre à atteindre la stratégie de gestion des prisons, conformément aux normes internationales ». M. Felioune a, également, précisé que « cette deuxième phase de coopération s’inscrit dans le cadre des objectifs de la réforme en cours dans les établissements pénitentiaires et devant se poursuivre jusqu’en 2010 ».

Afin de concrétiser cette coopération, a fait savoir le DG de l’administration pénitentiaire, « quatre établissements pilotes, en l’occurrence : Boufarik, Tidjelabine, Constantine (Boussouf) et El-Harrach, ont été retenus afin de les doter d’un fonctionnement selon les critères internationaux des droits de l’Homme dans les prisons, d’élaborer des directives des établissements pénitentiaires selon l’approche du centre international des études pénitentiaires et de diffuser un plus grand nombre d’informations pour dépasser les carences qui pourraient entraver l’application des plans stratégiques ». M. Felioune a rappelé, à cet effet, que « la première étape de cette coopération en matière de gestion des prisons, qui a duré de juillet 2007 à mars 2008, a permis aux experts du centre international de prendre connaissance de notre système pénitentiaire, de ses orientations et programmes visant leur modernisation et leur conformité aux normes internationales ». Il a réaffirmé, par ailleurs, que « l’adaptation des prisons algériennes aux normes internationales est l’un des objectifs assignés, d’où la nécessité de s’inspirer des dispositions contenues dans les chartes et conventions internationales ratifiées par l’Algérie ».

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran