ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie s’inquiète et Bouteflika garde le silence

 
La situation sécuritaire alarmante en Algérie impose une intervention du président Abdelaziz Bouteflika dont le silence inquiète.
mardi 10 juin 2008.

Abdelaziz Bouteflika et l'Algérie. Le début du mois de juin est rythmé par des attentats terroristes en Algérie et attribués à des groupes terroristes qui redoublent de férocité envers les éléments des services de sécurité et les travailleurs étrangers. Ces événements ont été précédés par des émeutes sanglantes au mois de mai dernier qui ont fait des victimes parmi la population qui paie, pour ainsi dire, un lourd tribut. Des villes comme Chlef, Berriane et dernièrement Oran ont connu des manifestations violentes qui en disent long sur la tension actuelle qui prévaut aujourd’hui. Si l’Algérie est pour l’instant épargnée par les émeutes du pain, grâce à une embellie financière, rien n’indique que la situation restera en l’état. Il suffit d’une petite étincelle pour que le front social s’embrase de nouveau. Malgré les instructions données aux 48 walis d’Algérie pour préparer des rapports sur la situation de la jeunesse et des programmes de prise en charge mis en œuvre dans leurs wilayas respectives, la situation a tendance à dégénérer au point qu’il est demandé une intervention directe du chef de l’Etat afin qu’il aborde les grandes questions de l’heure qui sont restées en suspens, à savoir la révision de la Constitution, le troisième mandat, la poursuite ou non de la politique de réconciliation nationale ou encore les nouvelles mesures économiques décidées tout dernièrement.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant