ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’OTAN demande à l’Algérie de fixer ses priorités

 
L’OTAN a demandé à l’Algérie de fixer ses priorités dans leur relation bilatérale et d’établir un programme de coopération individuel.
mardi 17 juin 2008.

L'OTAN et l'Algérie. Cette demande claire et précise transmise à l’Algérie a été exprimée, hier, par le secrétaire général délégué de L’Organisation Atlantique Nord (OTAN), ambassadeur Claudio Bisogniero devant les membres du conseil de la Nation qui lui ont organisé un séminaire portant sur la « sécurité par le dialogue : rôle des institutions parlementaires dans l’approfondissement du dialogue méditerranéen ». Sa précision, il l’a adressée, au préalable, aux parlementaires, à vous a-t-il dit « qui avez un rôle essentiel à jouer, s’agissant de contribuer à définir et d’expliquer la politique algérienne en matière de coopération avec l’OTAN ». Les arguments qui lui permettent de revendiquer cette contribution sont « bien que l’Algérie ait été le dernier des sept pays à se joindre au processus du Dialogue méditerranéen, en 2000, le Président Bouteflika a été le premier chef d’Etat arabe à effectuer une visite au siège de l’OTAN, à Bruxelles, en 2001 ». Son rappel d’un autre gage des autorités algériennes en faveur d’une coopération soutenue avec l’Alliance : « votre pays s’est rapidement imposé comme l’un des participants les plus dynamiques et les plus actifs à ce dialogue ». Ce qui l’amène à espérer « vivement que ce séminaire nous permettra, à tous, de trouver des solutions pour donner un nouvel élan à notre coopération au moment où celle-ci marque une pause ».

C’est donc à cette « pause » que l’OTAN veut mettre fin puisqu’elle estime, comme le dit son SG délégué, « qu’il existe un lien fort entre l’Europe et la région méditerranéenne, entre le sécurité en Europe et la sécurité dans cette région (...) et que nous sommes, tous, confrontés aux mêmes défis sécuritaires ». Autre lien entre les deux rives « une grande interdépendance au plan économique ». L’appel est ainsi lancé par les Atlantistes pour « que chacun de nous joue un rôle actif pour faire en sorte que la Méditerranée ne devienne pas un obstacle à la tolérance et à la compréhension ». La voie indiquée : « un véritable partenariat qui a acquis une valeur stratégique propre » et qui s’impose parce que le terrorisme « constitue la principale préoccupation en matière de sécurité ». Et pour sensibiliser sur la question, l’ambassadeur a présenté ses « plus sincères condoléances pour les terribles attentats terroristes qui vous ont frappés, ces deux dernières semaines ». Il fera l’impasse sur les nombreux autres qui ont endeuillé le pays durant de longues années. Pour son programme 2008, elle affirme mettre à leur disposition 700 activités de coopération. C’est ainsi que le SG délégué en vient à appeler l’Algérie à y apporter une « contribution précieuse » comme le font « les nombreux pays qui participent aux côtés de forces de l’OTAN ». Il lui dira « nous serions heureux de pouvoir bientôt conclure un échange de lettres entre l’OTAN et l’Algérie, qui vous permettra, à votre tour, de soutenir comme vient de le faire le Maroc, l’opération « Active Endeavour », l’opération maritime de lutte contre le terrorisme en Méditerranée ».

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran