ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’UE et l’Algérie coopèrent dans le secteur pénitentiaire

 
L’UE et l’Algérie ont signé un protocole d’accord de coopération portant sur un programme d’appui à la réforme du secteur pénitentiaire algérien.
mercredi 18 juin 2008.

L'Algérie et l'UE signent un accord dans le pénitentiaire. Un protocole d’accord de coopération entre l’UE et l’Algérie portant sur un programme d’appui à la réforme du secteur pénitentiaire dans notre pays a été signé par le secrétaire général du ministère de la Justice, M. Messaoud Boufercha, et l’ambassadeur de la Commission européenne, M. Plasa Wolfgang. Les deux parties ont indiqué que cette convention de coopération s’étalera sur une période de quatre ans, soit jusqu’à la fin de l’année 2011. Il convient de rappeler qu’un projet similaire pour un montant de 17 millions d’euros dont 15 millions financés par la Commission européenne avait été conclu en octobre 2004. En marge de la cérémonie de signature, M. Mokhtar Felioun, directeur général de l’administration pénitentiaire, a indiqué que la présente convention de coopération signée par l’UE et l’Algérie sera financée à hauteur de 17 millions d’euros par la Commission européenne, avec un apport de 1,5 million au profit du ministère de la Justice.

Il a souligné que la mise en œuvre de « cette convention qui vient s’ajouter au programme d’appui au projet de réforme déjà engagé dans le secteur de la justice en Algérie est de nature à renforcer la nouvelle politique pénitentiaire, qui a inscrit dans ses priorités la rééducation et la réinsertion sociale des détenus ». Faut-il justement souligner que ces dernières années, la Direction générale de l’administration pénitentiaire a déployé des efforts méritoires visant à préserver les droits de l’homme et faire des pénitenciers de véritables centres d’orientation. C’est dans le sens d’accompagner la réforme du système pénitentiaire en Algérie à travers une prise en charge, notamment sociale, de la population carcérale et sa réinsertion, de l’organisation institutionnelle, de la formation du personnel, de la sécurité générale et de la modernisation des systèmes d’information que le programme de la Commission européenne a été tracé.

Synthèse de Kahina, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant