ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

La situation des droits de l’homme en Algérie a régressé

 
La régression de la situation des droits de l’homme en Algérie est inquiétante selon des juristes et des militants des droits de l’homme Algériens.
jeudi 19 juin 2008.

La justice et les droits de l'homme en Algérie. En effet, Ismaïl Chamma, avocat et membre de la Ligue algérienne de la défense des droits de l’homme (LADDH), Zoubeïda Assoul, ancien membre du CNT et ancien magistrat, Tayeb Belloula, ancien bâtonnier, avocat à la cour d’Alger agréé près la Cour suprême et le Conseil d’Etat, et d’autres ont rappelé la situation qui a prévalu en Algérie il y a quelques années. « L’Algérie était le premier pays arabe à créer le poste de ministère des Droits de l’homme pour le réduire par la suite à un observatoire puis à une commission consultative », a affirmé M Aït Ouali. La pratique des droits de l’homme est une culture, estime un autre intervenant qui a fait part de l’impératif de l’enracinement, avant tout, des valeurs démocratiques et des droits de l’homme dans une démocratie naissante, « ce qui n’a pas été le cas en Algérie, où, malgré l’évolution de la législation en la matière, les mentalités n’ont pas suivi ».

La régression de la situation des droits de l’homme en Algérie a été illustrée par les hommes de loi par plusieurs volets. Le droit à l’information a reçu un coup dur, selon M. Chamma, qui a souligné les nombreux procès intentés à l’égard de la presse ainsi que le manque de communication de la part des institutions de l’Etat. Les droits des femmes vont de mal en pis, a estimé en outre M Aït Ouali, tout en enchaînant qu’ »il y a des magistrats qui jugent selon leurs convictions personnelles et non selon la loi en vigueur en Algérie ». La liberté de culte a également régressé, selon les avocats qui ont souhaité que la justice se ressaisisse dans le cadre du procès de Habiba à Tiaret. Les hommes de loi ont aussi abordé la question de l’abolition de la peine de mort pour laquelle l’Algérie avait clairement voté à l’ONU, mais qui n’a pas encore eu lieu.

Synthèse de Souad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant